Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Mort du noir-américain George floyd

Les policiers sur la sellette aux États-Unis

© D. R.

Les appels à réformer la police s’élèvent de tous les États-Unis, mais la tâche s’annonce  dantesque  tant  les  forces  de  l’ordre  sont  protégées  par  leurs syndicats et le système judiciaire, qui  ont  laissé  s’installer depuis longtemps un fort sentiment d’impunité dans leurs rangs.

Depuis le meurtre de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans asphyxié par  un  policier  blanc il  y a deux  semaines  à  Minneapolis, les  initiatives pullulent pour s’attaquer aux violences policières, surtout celles qui ciblent la minorité noire.

Des milliers de manifestants exigent  des coupes dans les budgets des forces de l’ordre, des élus  du  Congrès  veulent “obliger  les  policiers  à  rendre des comptes” et le conseil municipal de Minneapolis souhaite démanteler la police de la ville pour tout remettre à plat.

Car le calvaire vécu par George Floyd est loin d’être un cas isolé. La police américaine a tué 1 098 personnes en 2019, dont un quart étaient noires, alors que les Afro-Américains représentent moins de 13% de la population, selon le site mappingpoliceviolence.

Près de 200 élus du Congrès, majoritairement démocrates, ont annoncé lundi leur intention de légiférer pour mettre un terme à cette “immunité”. Au-delà, ils veulent   s’attaquer  aux  préjugés  raciaux  qui  sous-tendent  une  partie des actions de la police avec, notamment, des formations obligatoires à la lutte contre les préjugés ou la création d’un registre des bavures policières.

Par ailleurs, à la veille de l’enterrement de George Floyd, hier, le policier blanc accusé de ce meurtre a brièvement comparu lundi  soir  pour  la  première fois devant une juge d’un tribunal de Minneapolis, qui a fixé sa caution libératoire à un million de dollars, sous conditions.

La date de la prochaine audience a été fixée au 29 juin. Derek Chauvin avait été dans un premier temps inculpé d’homicide involontaire, mais les faits ont été requalifiés en meurtre non prémédité, un chef passible de 40 années de réclusion. 
 

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER