Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Province syrienne d’Idleb

Les terroristes préparent des attaques

© D.R

L’ancienne branche syrienne d’Al-Qaïda, Ahrar al-Cham, prépare des attaques contre l’armée syrienne, pour tenter de desserrer l’étau dans la province d’Idleb, objet d’un accord de trêve turco-russe depuis le 15 octobre 2018, a indiqué la Défense russe, allié du président syrien Bachar al-Assad. Les terroristes ont commencé à bourrer des véhicules avec des engins explosifs pour briser le siège de l’armée syrienne autour de la dernière province qui échappe au contrôle de Damas, selon la même source. “Nous avons appris que les chefs de groupes terroristes préparaient de 2 à 4 véhicules bourrés d’explosifs pilotés par des kamikazes pour percer la défense des troupes syriennes”, a indiqué le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Victor Kouptchichine. En deux jours, plus de 800 djihadistes sont arrivés dans le sud-ouest de la zone de désescalade d’Idleb, a-t-il expliqué, cité par l’agence de presse moscovite Sputnik. “Des kamikazes djihadistes équipent jusqu'à quatre véhicules bourrés d'explosifs pour briser la ligne des troupes gouvernementales syriennes dans le gouvernorat de Hama”, a encore souligné M. Kouptchichine, avertissant contre le risque élevé de mise en scène d’attaques chimiques contre les civils, que les terroristes comptent imputer à l’armée gouvernementale. Par ailleurs, le ministère russe de la Défense a démenti vendredi une allégation américaine selon laquelle l'armée syrienne aurait mené une attaque chimique dans la zone de désescalade d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. Les seules “sources” et “témoins oculaires” de cette attaque chimique présumée sont les terroristes du Front al-Nosra, lié au réseau Al-Qaïda, a souligné dans un communiqué le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov. Il a précisé que le 18 mai, les forces du gouvernement syrien avaient arrêté unilatéralement les tirs dans la région et n'avaient pas réagi à de nombreuses provocations pendant plusieurs jours. Par conséquent, “il n'y a pas eu d'attaques le 19 mai dans la zone de désescalade d'Idleb”, a-t-il ajouté.

L. M/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER