Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Des terroristes de Daech et d’Al-Qaïda y sont emprisonnés

Libye : attaque d’une prison près de Tripoli

La Libye a connu hier une dangereuse escalade des violences, après l’attaque très tôt le matin de l’aéroport de Mitiga, près de Tripoli, où il y a une prison dans laquelle se trouve des terroristes de la branche libyenne de l’autoproclamé État islamique (Daech) et d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), selon des sources locales et le gouvernement libyen d’union nationale (GNA), issu de l’Accord parrainé par l’ONU. Les combats ont fait au moins dix morts et une quinzaine de blessés, selon un bilan officiel, fourni par des sources hospitalières et le communiqué du ministère de la Santé du GNA. Dans son communiqué publié sur sa page facebook, le GNA a affirmé que “cette attaque visait la libération des éléments de Daech et d’Al-Qaïda et d’autres membres des organisations terroristes de ce centre de détention protégé par les forces d’‘al-Radaa’, affiliée au ministère de l’Intérieur”. La direction de la Sécurité de Tripoli - qui dépend elle aussi du ministère de l'Intérieur - a pour sa part annoncé que plusieurs assaillants avaient été appréhendés par les forces de sécurité, a rapporté l’AFP. “Toutes les infrastructures de la base militaire et l'aéroport sont sous contrôle et n'ont pas été endommagés”, a-t-elle assuré. Cette nouvelle attaque constitue, selon le GNA, une tentative de déstabilisation du pays et un frein au processus de stabilisation de la Libye qui se prépare à tenir fin septembre prochain de nouvelles élections présidentielle et législatives, pour sortir de l’impasse politique. L’accord de Skhirat, du 17 décembre 2015, est le seul cadre légal sur lequel la Libye et la communauté internationale peuvent s’appuyer pour le moment, même si sa validité était initialement fixée à un an et que le texte n’a jamais pu avoir la reconnaissance du Parlement élu de Tobrouk, très proche du controversé maréchal Khalifa Haftar. Toutefois, la tenue du scrutin semble compromise pour la date avancée, en raison de la persistance de l’insécurité et des divisions politiques entre le camp de l’Est et de l’Ouest, sans compter les rivalités opposant certains dirigeants politiques et tribaux au sein même de parties libyennes.


L. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER