Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Niger

L’insécurité fait fuir 17 000 personnes dans l’Ouest

Plus de 17 000 personnes déplacées ont été enregistrées depuis janvier dans l'ouest du Niger, une zone instable, frontalière du Mali, théâtre de nombreuses incursions de groupes terroristes, a annoncé jeudi l'ONU. “Les acteurs de la protection estiment qu'au moins 17 382 personnes déplacées internes ont fui les attaques des groupes armés non étatiques et les conflits intercommunautaires dans la région de Tillabéri” dans l'ouest nigérien, indique le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU dans son bulletin.
Le nombre de déplacés “pourrait encore augmenter”, surtout “en cas de détérioration de la situation sécuritaire”, prévient l'agence onusienne. L'ONU signale que “les habitants de 74 villages non encore affectés par les mouvements et situés le long de la frontière avec le Mali sont considérés à haut risque de déplacement”.  
En janvier, seulement 540 déplacés avaient été officiellement dénombrés dans cette zone, où l'état d'urgence, en vigueur depuis mars 2017, a été récemment reconduit. “Des opérations militaires conjointes sont en cours dans la région afin de réduire les capacités de nuisance des groupes armés”, constate Ocha. Un corridor humanitaire, “négocié” avec la Force conjointe du G5-Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie et Tchad), a permis au Programme alimentaire mondial PAM et à des ONG d'acheminer fin juillet 96.000 tonnes de vivres et des biens non alimentaires à 5 570 déplacés installés dans deux localités d'accueil situées dans la “zone rouge”. Ces mouvements de population sont également liés “aux effets des mesures sécuritaires visant à juguler les infiltrations meurtrières et récurrentes de terroristes venant du Mali voisin”, avait expliqué un responsable local à l'AFP.  Pour lutter contre les terroristes, le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Mauritanie et le Tchad ont monté la force du G5-Sahel, qui doit compter 5 000 hommes à terme.  

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER