Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Répression des milices pro-gouvernement au Burundi

L’ONU accuse le parti au pouvoir

La Commission d'enquête de l'ONU sur le Burundi a accusé, hier, la Ligue des jeunes du parti au pouvoir (Imbonerakure), qualifiée par les Nations unies de milice, d'être la principale responsable des exactions commises durant la récente campagne référendaire. “Ces violations identifiées par la Commission durant la campagne référendaire sont principalement l'œuvre d'Imbonerakure agissant avec la complicité et, ou l'aval d'agents étatiques, ou de leur propre initiative sans être inquiétés”, a déclaré une des enquêtrices, Lucy Asuagbor, devant le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU.
Fin mai, les Burundais ont, sans surprise, largement approuvé par référendum une réforme de la Constitution qui permettrait au président Pierre Nkurunziza de rester en poste jusqu'en 2034.
“Début juin, le président burundais a toutefois surpris en annonçant qu'il ne serait pas candidat à sa succession en 2020. L'annonce du chef de l'État ne doit en aucun cas occulter le contexte dans lequel s'est déroulée la campagne pour le référendum qui a conduit au changement de la Constitution au Burundi”, a affirmé Françoise Hampson, autre enquêtrice de l'ONU, citant des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées, des actes de torture visant des opposants au projet de Constitution et plus généralement toute personne perçue comme étant en opposition au gouvernement.
Mme Asuagbor a affirmé que “les Imbonerakure quadrillent le pays, renseignent les instances étatiques (...) sur la présence d'opposants réels ou supposés dans chaque localité et sur chaque colline, harcèlent, contrôlent et intimident la population”. “Les Imbonerakure mènent également des opérations de police hors du cadre prévu par la loi et procèdent à des campagnes de recrutement forcé au sein du CNDD-FDD (parti au pouvoir, ndlr) ou dans leurs rangs - ces campagnes donnant lieu, dans plusieurs cas, à des actes de torture ou des mauvais traitements”, a-t-elle dit.
Elle a, par ailleurs, dénoncé le fait que les Imbonerakure ont été mobilisés pour collecter de force des contributions pour les élections de 2020.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER