Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

avion abattu en Ukraine

L’ONU et l’Otan interpellent Moscou

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, “a pris note avec inquiétude du dernier rapport”, a déclaré vendredi un porte-parole de l'ONU à la suite d'une enquête accusant la Russie d'être responsable du crash en 2014 de l'avion du vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine. Lors d'une conférence de presse, le porte-parole adjoint de l'ONU, Farhan Haq, a indiqué que M. Guterres avait souligné une résolution antérieure du Conseil de sécurité exigeant que “tous les États coopèrent pleinement aux efforts visant à établir la responsabilité”. De son côté, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a exhorté vendredi la Russie d’“assumer la responsabilité” de la destruction de l'appareil du vol MH17. Dans un communiqué rendu public, le chef de l'Otan a écrit que les Pays-Bas et l'Australie ont annoncé qu'ils tiennent la Russie pour responsable du rôle qu'elle a joué dans la destruction de l'avion du vol MH17. Selon les informations rapportées par la presse, l'équipe d'enquête internationale dirigée par les Pays-Bas a annoncé que du personnel militaire russe avait déployé le missile sol-air Buk, qui a abattu l'avion de la Malaysia Airlines. Réagissant à ces informations, le ministère russe de la Défense a déclaré vendredi que le missile qui a abattu l'avion du vol MH17 appartenait “plus que probablement” aux forces armées ukrainiennes. Mais le président russe Vladimir Poutine a assuré vendredi que le missile qui avait abattu le vol MH17 de la Malaysia Airlines en 2014 au-dessus de l'est de l'Ukraine n'était “bien sûr” pas russe, contrairement aux conclusions des enquêteurs internationaux. “Bien sûr que non”, a répondu M. Poutine, interrogé pour savoir si le missile était russe ou non, lors d'une conférence économique à Saint-Pétersbourg.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER