Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / International

En guise de solution globale face aux drames récurrents en méditerranée

L’ONU plaide pour l’immigration légale

Des milliers de migrants tentent l’aventure vers le nord de la Méditerranée sur des embarcations de fortune. © D. R.

Alors que l’Union européenne (UE) peine à mettre en place une stratégie à long terme pour traiter en profondeur la question de l’immigration clandestine, sous les projecteurs depuis les derniers drames survenus en Méditerranée, l’instance onusienne, par la voix de son secrétaire général, plaide pour la légalisation de l’immigration.
“Il n'y a pas de solution militaire à la tragédie qui est en train de se produire en Méditerranée”, a déclaré, hier, Ban Ki-moon dans un entretien au journal italien La Stampa.
Ban Ki-moon s’est dit préférer “un encouragement à l'immigration légale comme solution globale”, selon des propos cités par l’AFP. Cette approche, partagée par des ONG et des experts, tranche par certains aspects avec quelques options retenues par l’UE qui s’est réunie jeudi dernier. Le groupe des “28” est, en effet, favorable à des actions armées contre les passeurs installés sur les côtes libyennes, pour peu que l’instance onusienne délivre son feu vert.
Même Amnesty International réclame que les “opérations européennes de sauvetage de migrants en Méditerranée doivent impliquer des missions de recherches et secours au plus près des côtes libyennes”. “Nous voyons seulement cette mission patrouiller le long des frontières de l'Italie. Mais tous les bateaux qui ont coulé se trouvaient beaucoup plus loin, bien plus près de la Libye, et les navires (de Triton) ne vont pas dans cette zone”, selon Gauri Van Gulik, directrice adjointe d'Amnesty International pour l'Europe citée par l’agence Reuters.
Mais la mission ne s’annonce pas aisée de l’aveu même de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, chargée par les Européens de convaincre le Conseil de sécurité de la nécessité d’une intervention en dehors des eaux territoriales européennes. “Pour agir, nous devons obtenir un mandat des Nations unies. Ce ne sera pas facile, comme il ne sera pas facile d'obtenir l'accord des autorités libyennes qui n'ont pas encore de gouvernement d'unité nationale”, admet Mme Mogherini dans un entretien au journal La Repubblica.
Pour Ban Ki-moon, “une approche globale est cruciale qui prenne en compte les racines du problème, la sécurité et les droits humains des migrants et des réfugiés, comme avoir des canaux légaux et réguliers d'immigration”.
“Les Nations unies sont prêtes à collaborer avec nos partenaires européens à cette fin”, dit-il. Faut-il comprendre que l’ONU va opposer son veto ? En attendant la mise en place d’une stratégie, des migrants continuent de fuir certaines zones de conflits ou des foyers de misère dans l’espoir de gagner les rivages cléments de l’Europe. Hier, 350 migrants syriens ont été interceptés dans le sud-est de la Turquie par les gardes-côtes alors qu'ils embarquaient pour l'Union européenne, a rapporté, hier, l'agence de presse officielle Anatolie reprise par l’AFP. 71 migrants ont été arrêtés à bord du bateau et 279 à terre, alors qu'ils attendaient au port de Mersin leur tour de monter à bord, selon la même source. Les migrants, parmi lesquels des femmes et des enfants, cherchaient à atteindre des pays de l'Union européenne, notamment l'Italie.


K.K.

Publié dans : immigration

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER