Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Grève dans la fonction publique

L’UGTT paralyse la Tunisie

Rassemblement suite à l’appel de l'Union générale tunisienne du travail. ©D. R.

À l’appel de l’Union générale tunisienne du travail, la grève générale de 24 heures observée jeudi dans la Fonction publique, avec un taux de participation qui a frôlé 100% dans certaines régions, a été une véritable réussite.  

L’activité dans la plupart des administrations régionales et locales et des établissements publics à caractère administratif était à l’arrêt jeudi en Tunisie. Certains responsables de l’UGTT, cités par l’agence de presse tunisienne TAP, ont évoqué un taux de participation à la grève avoisinant les 100%.
Ainsi, les administrations dans plusieurs gouvernorats tunisiens ont été fermées jeudi à l’appel de l'UGTT (Union générale tunisienne du travail) pour une grève générale de 24 heures de la Fonction publique. À Kasserine, tous les établissements publics non concernés par la grève tels que la poste, les télécoms, les caisses sociales et les districts de la Steg et de la Sonede ont observé un mouvement de protestation de deux heures en solidarité avec le secteur public.
Pour le secrétaire général adjoint de l’Union régionale du travail à Kasserine, Mohamed Seghaier Saihi, “la question ne consiste pas à demander une augmentation salariale, mais plutôt à répondre à des grands choix dont bénéficiera l’ensemble du peuple tunisien”. Le même responsable a appelé le gouvernement à relancer les négociations avec l’UGTT et à placer l’intérêt national avant l’intérêt politique et à conserver le droit des fonctionnaires à un salaire plus élevé pour faire face à la détérioration du pouvoir d’achat.
À Bizerte, le secrétaire général de l’Union régionale du travail Béchir Sahbani a indiqué que la grève de jeudi a connu un taux de réussite proche de 100%. À Sousse, tout le personnel des établissements administratifs régionaux et locaux a adhéré à la grève, à l’exception des hôpitaux où les services ont été assurés. Une marche a parcouru les artères de la ville, organisée par des agents et cadres du secteur public avec la participation de syndicalistes.
À Ben Arous, le taux de participation à la grève dans les administrations publiques a atteint 100%, selon Letaif El-Kordi, membre du bureau exécutif de l’Union régionale du travail. Par ailleurs, environ dix mille personnes se sont rassemblées jeudi devant le siège de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), selon une source sécuritaire, à l’appel de l’Union générale tunisienne du travail pour réclamer des augmentations salariales dans le secteur de la Fonction publique, en grève toute la journée. “Vive l'UGTT, vive Hached”, “Les augmentations sont une nécessité”, “Emploi, liberté et justice nationale”, “Le pays n’est pas à vendre”, “Le peuple pour une grève générale nationale” scandaient les milliers de manifestants qui ont investi la place de Bardo, selon l’agence TAP. À signaler qu’un important dispositif sécuritaire a été déployé pour encadrer ce mouvement qui a fait l’objet d’une large couverture médiatique locale et internationale.
Un nombre important de députés de divers courants politiques ont rejoint ce rassemblement qui a été précédé par une grève générale, a-t-on ajouté.

Merzak T./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER