Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Ghaza : Explosion au passage du convoi du Premier ministre palestinien

Mahmoud Abbas tient le Hamas pour responsable

Une explosion a eu lieu hier au passage du convoi de Rami Hamdallah, le Chef du gouvernement palestinien et Majid Faraj, le chef du renseignement palestinien, qui étaient en visite à Ghaza, a rapporté hier l’agence de presse Wafa. Selon une autre source de sécurité palestinienne, le convoi a essuyé des coups de feu en même temps que l’explosion, qui a fait sept blessés légers. Le Hamas a ensuite bouclé le secteur. Le Premier ministre palestinien, qui était venu prendre part à l’inauguration d’une usine de traitement des eaux usées, a écourté sa visite. Réagissant à cette explosion, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a dénoncé un “lâche attentat” et affirmé tenir le Hamas pour responsable, selon l’agence Wafa. Dans un communiqué rendu public quelques instants plus tard, le ministère de l’Intérieur du Hamas a indiqué avoir arrêté trois personnes et ouvert une enquête. Ce fut ensuite au tour de la direction du mouvement islamiste de condamner l’attaque, indiquant qu’elle provenait de la “même main” que l’assassinat de Mazen Faqha -un commandant de sa branche armée- en mars 2017 et la tentative d’assassinat de Tawfiq Abou Naim -le chef de ses forces de sécurité- en octobre. Pour rappel, le Hamas avait accusé Israël du meurtre de Mazen Faqha. La deuxième attaque est communément attribuée à des islamistes radicaux. Ceci étant, le Hamas a critiqué les propos de Mahmoud Abbas qui, selon lui, “font le jeu des criminels”. Il faut dire que cette attaque intervient au moment où après des années de dissensions dévastatrices, le Hamas avait accepté le 12 octobre au Caire de rétrocéder les pouvoirs à l’Autorité palestinienne. Cet accord avait suscité un prudent espoir de voir s’améliorer la situation dans le territoire sous blocus israélien et égyptien, et s’éclaircir un horizon politique particulièrement sombre pour la cause palestinienne. C’est dire le risque de voir cette réconciliation voler en éclat à la grande joie d’Israël, qui la voyait d’un mauvais œil. Et une main de l’État hébreu dans ce qui s’est passé hier à Ghaza ne serait pas impossible, même si des groupes islamistes radicaux palestiniens défient régulièrement l’autorité du Hamas dans le territoire.    


Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER