Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Soumaïla Cissé rejette les résultats du scrutin présidentiel

Mali : manifestation de l’opposition à Bamako

Soumaïla Cissé entouré de ses partisans. ©D. R.

Deux jours après l'annonce des résultats officiels, encore provisoires, de l’élection présidentielle malienne, les partisans de l’opposant Soumaïla Cissé ont manifesté hier matin à Bamako pour protester contre la réélection du président Ibrahim Boubacar Keïta, qu’ils jugent “illégale”.

Au lendemain de la déclaration de l’opposant Soumaïla Cissé, dans laquelle il a “catégoriquement rejeté les résultats officiels de la présidentielle le donnant battu au second tour du 12 août”, ses partisans ont répondu hier à son appel en descendant dans les rues de Bamako pour manifester. “Je maintiens et je peux le prouver que j’ai remporté cette élection avec 51,75% des voix !”, avait lancé la veille Soumaïla Cissé au cours d’une conférence de presse dans un grand hôtel de Bamako, avant d’appeler ses partisans à participer hier matin à “un rassemblement pacifique et sans violence”. Ils étaient quelques centaines en début de matinée face à la mairie de la capitale malienne, protégée par plusieurs dizaines de policiers en tenue anti-émeute, selon des journalistes de l’agence AFP. Les cris “IBK voleur” ont redoublé lorsque, vers 10h 30 Soumaïla Cissé a fait un passage éclair parmi les manifestants.
Fort de quelques milliers de personnes à ce moment-là, le cortège, s’est alors ébranlé en direction de la place de l’Indépendance et de la Bourse du travail, encadré par les forces de l’ordre. À sa tête se trouvait l’activiste et homme de radio Ras Bath, très populaire auprès de la jeunesse malienne. “Le pouvoir est illégal. Cette fois-ci c’est notre tour, nous avons gagné, nous continuerons nos marches jusqu’à la démission du gouvernement”, a expliqué à l’AFP une membre du bureau politique de l’URD, le principal parti de l’opposition, Fatoumata Konaté. “Nous ne pensons pas qu’il y a défaite. Nous n’allons pas reconnaître le vol”, a expliqué lors de la manifestation l’un des porte-parole de l’opposition, Nouhoum Tog, avant d’ajouter : “Ceux qui acceptent de féliciter les voleurs sont aussi de gros voleurs”, en allusion aux félicitations adressées dès jeudi, notamment par le président français Emmanuel Macron, à Ibrahim Boubacar Keïta. Dans ses déclarations vendredi, Soumaïla Cissé avait martelé : “Je rejette catégoriquement et sans équivoque les résultats proclamés par le ministère de l'Administration territoriale. Je refuse et dénonce ces résultats. Ils ne sont que supercherie, mascarade, parodie et mensonges. Ils ne sont que le fruit pourri d'une fraude honteuse”. “Si on exclut les résultats issus des bourrages d’urnes avérés dans de nombreux bureaux de vote (...), ainsi que les résultats tout simplement fantaisistes dans de très nombreuses localités du nord du pays, je sors vainqueur de l'élection présidentielle avec 51,75% des voix contre 48,25% à notre adversaire”, a-t-il insisté. L'équipe de campagne de M. Cissé a expliqué pourquoi les résultats officiels sont, selon elle, le fruit de “bourrage d’urnes”. Ainsi, si l’on considère que chaque électeur a besoin de 2 minutes et trente secondes pour voter et que les bureaux sont restés ouverts 10 heures, chaque bureau n’a en principe pu voir défiler que 250 électeurs, a expliqué le chef de la section jeunesse de l'URD, le parti de M. Cissé, Abdrahamane Diarra. Citant parmi d'autres exemples un bureau de la région de Kayes (ouest) où 853 votes ont été enregistrés, M. Diarra a lancé: “Les électeurs sont des Usain Bolt, ils ont voté en 42 secondes!”. À noter que Soumaïla Cissé a indiqué qu'il avait introduit des recours devant la Cour constitutionnelle.

Merzak T./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER