Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Après l’arrestation de deux jeunes leaders de la protestation

Maroc : risque d’embrasement à Jerada !

Amine Mkallech (à gauche) et Mustapha Dainane, placés en détention par la police. © D.R.

La contestation dans la ville de Jerada peut reprendre à tout moment,
suite à l’arrestation de deux leaders du mouvement, même si la justice marocaine affirme que leur interpellation n’a rien à voir avec la protesta.

Deux jeunes leaders de la contestation sociale qui agite depuis fin décembre l’ancienne ville minière de Jerada, dans le nord-est du Maroc, ont été placés en détention par la police, ont annoncé leurs proches. Ces arrestations pourraient mettre le feu aux poudres dans cette ville, où la protestation sociale n’a pas cessé depuis la mort accidentelle de deux frères, il y a 3 mois, dans les mines désaffectées de la région. Les deux personnes interpellées, en l’occurrence Amine Mkallech et Mustapha Dainane, sont connues pour être des membres très actifs sur les réseaux sociaux de ce mouvement de contestation. Très active, la page Facebook de Mustapha Dainane, reconnaissable avec sa photo de profil représentant le révolutionnaire russe Lénine, n’était plus consultable dimanche matin. D’autres pages Facebook de militants du mouvement social montraient des images de rassemblements contre ces arrestations, mais les images n'étaient plus consultables dimanche après-midi. “Le peuple veut la libération des détenus”, indiquait une de ces pages sous leurs deux portraits en noir et blanc. Ceci étant, la justice marocaine a démenti par le biais du procureur général d’Oujda que les deux arrestations soient liées au mouvement de contestation. “L’arrestation de Mustapha Dainane est liée à un accident de la circulation (...) causé le 8 mars à 01h00 du matin et n’a aucun rapport avec les événements que connaît la ville de Jerada”, a indiqué un communiqué du procureur. Saïd Zeroual, un représentant local de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), a affirmé à l’agence AFP que l’interpellation d’Amine Mkallech serait aussi liée à cet accident. Il n’en demeure pas moins que ces arrestations ne vont pas arranger les choses, car la population s’est donné rendez-vous devant le commissariat de Jerada pour exiger la libération des deux détenus. Rappelons que c’est depuis la mort accidentelle de deux frères, piégés dans une galerie fin décembre 2017 à Jerada, suivie depuis de deux autres décès dans des conditions similaires, que des manifestations pacifiques pour demander des alternatives économiques secouent régulièrement cette ville sinistrée par la fermeture des mines de charbon en 1998. Depuis, des centaines de mineurs clandestins risquent leur vie dans des puits de mine fermés pour extraire du charbon dont la vente est légale grâce à des permis d'exploitation délivrés par les autorités. Un plan d’action proposé le mois dernier par le gouvernement, comprenant notamment des soins pour les anciens mineurs atteints de silicose et des contrôles dans les puits fermés, avait calmé le mouvement, mais des rassemblements de protestation et des appels à la grève générale continuent ponctuellement, certains jugeant ces mesures insuffisantes. Pour les autorités locales, il s’agit là d’une poignée de réticents qui n’ont d’autres objectifs que les revendications économiques, alors que les protestataires – parmi lesquels Mustapha Dainane et Amine Mkallech – disent représenter les demandes de la population.         

                                                                     
Merzak Tigrine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER