Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

En raison de la politique agressive du président américain Trump

Moscou annule des pourparlers stratégiques avec Washington

La Russie a annulé des discussions stratégiques prévues en mars avec les États-Unis après le retrait de dernière minute d'une délégation américaine d'une réunion consacrée à la cybersécurité, a annoncé hier l'ambassadeur russe à Washington. L'ambassadeur russe Anatoli Antonov, cité par l'agence TASS, a qualifié le retrait de la délégation américaine de ces pourparlers fin février à Genève de “décision inamicale qui donne l'impression d'avoir été planifiée à l'avance et qui mène à une dégradation supplémentaire dans les relations entre les deux pays”. Par conséquent, la Russie considère qu'il est “impossible” de prendre part à la réunion prévue les 6 et 7 mars à Vienne et destinée à discuter des difficultés que traversent les relations russo-américaines et d'autres questions stratégiques. Cette décision intervient au lendemain d'un discours aux accents militaristes de Vladimir Poutine devant le Parlement, dans lequel il a vanté les nouvelles armes “invincibles” de la Russie et appelé les Occidentaux à “écouter”. Washington a une nouvelle fois accusé Moscou de se soustraire à ses obligations internationales après ce discours très ferme prononcé deux semaines avant l'élection présidentielle du 18 mars. “Je voudrais souligner une fois encore que la Russie n'a pas violé un seul accord de contrôle des armements et de non-prolifération dans le développement de son potentiel nucléaire”, a indiqué sur Facebook Anatoli Antonov. “Il semble que le département d'État américain ne maîtrise pas très bien le dossier”, a-t-il ironisé, soulignant qu'aucune des armes mentionnées par Vladimir Poutine jeudi n'est concernée par les traités existant entre les États-Unis et le pays successeur de l'Union soviétique.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER