Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Sanctions américaines contre la Russie dans l’affaire Skripal

Moscou dénonce la guerre économique de Washington

Dimitri Medvedev, Premier ministre russe. ©D. R.

Derrière les nouvelles sanctions américaines se cacherait la volonté de Washington à saborder le grand projet de transfert gazier Nord Stream 2 devant alimenter l’Allemagne et d’autres pays de l’Europe occidentale.

La Russie a réagi hier, via son Premier ministre Dmitri Medvedev, à l’annonce américaine jeudi de nouvelles sanctions contre Moscou, dans l’affaire de l’empoissonnement le 4 mars en Grande-Bretagne de l’ancien agent russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia. “Je ne voudrais pas commenter les discussions sur les futures sanctions mais je peux dire une chose : si quelque chose comme l'interdiction du fonctionnement des banques ou l'utilisation de telle ou telle devise est mis en place, on pourra alors considérer cela comme l'annonce d'une guerre économique. Il faudra réagir à cette guerre par des méthodes économiques et politiques ainsi que par d'autres méthodes en cas de besoin. Nos amis américains doivent le comprendre”, a déclaré M. Medvedev, ont rapporté les médias russes. “Même si les partenaires occidentaux disent que les Russes sont mauvais, qu'ils mènent une politique incorrecte, que le gouvernement russe doit changer sa position par rapport à certaines questions, dans les faits c'est une tentative de restreindre notre puissance économique”, a-t-il poursuivi, soulignant “qu’au cours de ces derniers 100 ans, notre pays a fait face à la pression permanente des sanctions. Pourquoi cela ? Pour retirer la Russie de la liste des concurrents puissants sur la scène internationale”. Le Kremlin avait déjà dénoncé jeudi l'annonce de la première salve de sanctions américaines, qui porteront sur l'exportation de certains produits technologiques, comme “inadmissible”, “inamicale” et “illégale”, et promis une riposte, a rapporté l’AFP. La possible deuxième salve, qualifiée de “draconienne” par un responsable américain, pourrait aller jusqu'à interdire les aéroports américains aux compagnies aériennes russes ou même suspendre les relations diplomatiques entre les deux pays. Mercredi, le journal russe Kommersant avait publié un autre projet de sanctions, venu de parlementaires américains, exigeant notamment une enquête sur la fortune personnelle présumée du président Vladimir Poutine et interdisant aux citoyens américains d'acheter de la dette souveraine russe. Selon Kommersant, ce projet proposerait également des sanctions visant les grandes banques publiques russes telles que Sberbank, VTB et Gazprombank, ainsi que le secteur des hydrocarbures, essentiel à l'économie de la Russie. La Russie est soumise à des sanctions occidentales de plus en plus strictes depuis l'annexion de la Crimée en 2014, contribuant avec la chute des prix des hydrocarbures à provoquer deux ans de récession dont elle est sortie fin 2016. Les États-Unis n'ont cessé de renforcer leur arsenal ces dernières années sur fond d'accusations d'ingérence russe dans les élections américaines, malgré les promesses de réconciliation de Donald Trump. Mais, derrière les nouvelles sanctions américaines se cacherait la volonté de Washington de saborder le grand projet de transfert gazier Nord Stream 2 devant alimenter l’Allemagne et d’autres pays de l’Europe occidentale. Washington a menacé à plusieurs reprises les pays européens de ne pas participer  à ce projet, brandissant à leur égard des menaces de sanctions.

Lyès Menacer/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER