Scroll To Top

A la une / International

Selon un enfant rescapé

Neuf migrants ont disparu au large de l'Espagne

Découvert épuisé sur une plage du sud de l'Espagne, un enfant guinéen a raconté être le seul rescapé d'une traversée du détroit de Gibraltar à bord d'un bateau gonflable, les neuf autres migrants à son bord étant morts dont son frère, a déclaré, hier, la Garde civile à l'AFP.  
“C'est un garçon d'Afrique francophone, un mineur, qui nous a dit qu'il était originaire de Guinée-Conakry. Il est arrivé épuisé, très mal, sur la côte espagnole” en Andalousie, en provenance du Maroc, a affirmé le porte-parole des  Gardes civils de la province espagnole de Cadix.  
Secouru sur la plage d'El Palmar à Vejer de la Frontera, le mineur a été hospitalisé à Cadix en unité de soins intensifs. Les cadavres de deux migrants, qui pourraient avoir été avec lui à bord du bateau, selon la Garde civile, ont été ramenés ces derniers jours par les flots sur deux plages de la zone : mardi, le corps d'une femme à Vejer de la Frontera, et mercredi, celui d'un homme à Chipiona.  
Depuis le début de l'année, au moins 630 migrants sont morts en Méditerranée occidentale en tentant de gagner l'Espagne, d'après l'Organisation internationale des migrations (OIM). 224 migants avaient péri en 2017 dans cette zone.  Cette fois, les dix migrants ont, semble-t-il, pris la mer à bord du mini-canot le 9 novembre, avant de dériver par mauvais temps, puis “des passagers ont commencé à mourir, le garçon a été le seul à résister”, a déclaré le porte-parole de la Garde civile. Le garçon a expliqué qu'il était parti il y a environ deux ans de Guinée et avait traversé différents pays d'Afrique.  
Il aurait été trompé par un passeur marocain qui lui avait promis qu'en échange de 700 euros, il le ferait voyager à bord d'une embarcation semi-rigide à moteur.  
“Mais quand il avait réuni l'argent et était arrivé avec deux autres personnes de son entourage à Tanger, on les a placés dans un canot — un bateau gonflable comme ceux qu'on offre aux enfants — et on ne leur a donné qu'une  
rame : ou vous vous lancez à l'eau ou les policiers marocains viennent vous arrêter, leur a-t-on dit”, a répété le garde civil.
Parmi les neuf morts ou disparus figurait le frère du rescapé, selon son récit. Selon le ministère espagnol de l'Intérieur, près de
50 000 migrants clandestins et réfugiés sont arrivés en Espagne depuis janvier à bord de 1 859 embarcations.  

AFP


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER