Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Pendant la saison des pluies

Nigeria : des déplacés de Boko Haram sans abri

Des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants qui ont dû quitter leur foyer face aux combats entre le groupe terroriste islamiste Boko Haram et l'armée nigériane se retrouvent sans abri dans le nord-est du Nigeria, a rapporté hier une ONG, le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). Selon le NRC, plus de 4 000 personnes dorment dans les rues de Dikwa, dans l'État du Borno, alors que de fortes pluies s'abattent actuellement sur la région. Le directeur du NRC pour le Nigeria, Cheick Ba, s'est dit “extrêmement inquiet” de leur sort. “Les enfants dorment dehors et n'ont rien au-dessus de leurs tête. Il y a des risques importants de paludisme, de typhoïde et de diarrhée”, écrit-il dans un communiqué. Les autorités nigérianes, qui affirment que le groupe terroriste est vaincu, tente d'encourager les déplacés (toujours plus de 1,7 million de personnes dans le nord-est, selon l'ONU) à rentrer chez eux. Mais pour les humanitaires qui travaillent dans la région, les villes et les villages en dehors de la zone protégée de Maiduguri, la capitale du Borno, ne sont pas encore prêts à recevoir un tel afflux de personnes et la sécurité n'est toujours pas garantie. Les combats et les mouvements de population qu'ils entraînent sont constants. En mai dernier, 21 207 personnes se sont réfugiées dans cinq villes du Borno, dont celle de Dikwa et les Nations unies attendent 115 000 autres déplacés dans les mois prochains. À leur arrivée dans les villes, les déplacés sont gardés par les services de sécurité, censés vérifier qu'ils ne sont pas affiliés au groupe terroriste. Mais ces opérations se déroulent dans le plus grand chaos et à Dikwa, plus de 600 personnes attendent toujours, dormant dans une ancienne station-services, selon l'ONG norvégienne. Des milliers d'autres déplacés occupent déjà des camps ou les écoles de la ville.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER