Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Après presque une semaine de manifestations meurtrières

Nouvelle mobilisation en Iran en soutien au régime

Mahmoud Alawi, ministre iranien des Renseignements. ©D. R.

Le ministère iranien du Renseignement a annoncé, jeudi, avoir démantelé une cellule terroriste, et ses membres arrêtés suite à un affrontement avec les forces de sécurité, a rapporté la presse locale.

Les partisans du régime iranien ont manifesté hier en force, en réaction aux récentes manifestations qui ont dérapé en affrontements entre les forces de sécurité et les contestataires qui dénoncent les mesures anti-austérité du gouvernement du président Hassan Rohani. Du 28 décembre au 1er janvier, ce mouvement de contestation, basé sur des revendications essentiellement économiques, a secoué de nombreuses villes du pays, mais selon Téhéran des forces extérieures ont manipulé les manifestants, provoquant plus d’une vingtaine de morts, selon un bilan officiel. D’ailleurs, Téhéran n’a pas hésité à montrer du doigt Washington, Tel-Aviv et son rival régional Riyad, dans un contexte marqué par une volonté de ces trois capitales d’isoler l’Iran et de l’affaiblir sur le plan diplomatique, afin de mettre à genoux toute la région du Proche-Orient. Comme en 2009, à l’époque du règne de l’ancien président Ahmadinejad, la contestation s’est essoufflée. Le calme est globalement revenu depuis mardi, et les autorités ont annoncé plus de 450 arrestations. Jeudi, le ministère iranien du Renseignement a annoncé qu'une cellule terroriste avait été démantelée et que ses membres avaient été arrêtés suite à un affrontement avec les forces de sécurité. “Une cellule terroriste armée, qui a été chargée de poser des bombes et de tuer des innocents afin de maintenir les troubles récents, s'est infiltrée en Iran”, a indiqué le ministère dans un communiqué, dont des extraits ont été repris par l’agence de presse officielle Irna. “Les terroristes en conflit avec les forces de sécurité iraniennes dans la ville de Piranshahr, dans le nord-ouest de l'Azerbaïdjan occidental, ont tué trois militaires”, selon le communiqué. Sur le plan diplomatique, l’Iran a dénoncé l’ingérence des États-Unis qui sont allés vite en besogne, en tentant de donner à ces manifestations une autre dimension que sociale. L'ambassadeur iranien auprès des Nations unies, Gholamali Khoshroo, a protesté contre les tentatives larges et récentes des États-Unis d'intervenir dans les affaires intérieures de l'Iran, alors que l’allié russe de l’Iran a contesté la tentative américaine de mobiliser le Conseil de sécurité de l’ONU pour sanctionner Téhéran. “Les États-Unis continuent à interférer ouvertement et de manière cachée dans les affaires intérieures des autres pays, ils le font sans aucune honte”, a lancé, vendredi, le vice-ministre russe Sergueï Riabkov, cité par l'agence de presse Interfax. “C'est de ce point de vue-là que nous jugeons l'initiative américaine de réunir le Conseil de sécurité de l'ONU sur une situation purement nationale en Iran”, a-t-il ajouté, accusant Washington d'attaquer directement la souveraineté d'autres États sous prétexte d'être préoccupé par la démocratie et les droits de l'homme, a repris l’AFP.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER