Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Triomphe des nationalistes corses aux élections locales

Paris craint un scénario à la catalane

Les candidats et partisans du parti Pè a Corsica célèbrent leur victoire. ©D. R.

Sortis renforcés du deuxième tour des élections régionales, les nationalistes corses sont en position de négocier, aujourd’hui, avec Paris une large autonomie de la Corse.

Les nationalistes corses ont remporté dimanche une large victoire lors d'un scrutin local qui leur permet de mettre la pression sur Paris pour réclamer davantage d'autonomie pour cette île française de la Méditerranée. Selon les résultats définitifs, les nationalistes, réunis au sein de la liste Pè a Corsica (Pour la Corse), ont enregistré un score historique, avec 56,5% des suffrages exprimés, qui va leur permettre d'obtenir une large majorité des 63 sièges que comptera la nouvelle assemblée territoriale. Ils occuperont également les 11 sièges du conseil exécutif de l'île de Beauté, son “mini-gouvernement”.
Parmi les autres listes, largement devancées, celle du parti présidentiel d'Emmanuel Macron (12,67%). “Paris a aujourd'hui à prendre la mesure de ce qui se passe en Corse, qui est quelque chose de profond”, a cependant réagi le leader autonomiste Gilles Simeoni. Quelques heures après la publication des résultats du scrutin, le Premier ministre Édouard Philippe a appelé Gilles Simeoni pour lui adresser des “félicitations républicaines” qui cachent mal, en effet, l’inquiétude de Paris de se voir contraint de gérer une éventuelle crise d’indépendance de la Corse, comme cela est le cas aujourd’hui en Espagne, où Madrid fait face à l’indépendance de la Catalogne. “Je lui ai dit qu'au-delà de la politesse protocolaire, nous attendions et espérions un véritable dialogue avec l'État et que jamais les conditions n'avaient été aussi favorables pour que la question corse (...) se règle de façon apaisée et durable par une solution politique”, a rapporté M. Simeoni. “Le gouvernement sera avant tout attentif à ce que la mise en place de la nouvelle collectivité de Corse permette à celle-ci de procéder au plein exercice de ses compétences, qui en font à ce jour une des collectivités les plus décentralisées de la métropole”, a expliqué de son côté le Premier ministre Édouard Philippe à Gilles Simeoni au téléphone, a rapporté le quotidien Corse-Matin. “Cette réussite est indispensable pour l'efficacité des politiques publiques et le développement économique et social de l'île”, a ajouté le Premier ministre, soulignant que “le gouvernement considère que la Corse peut être un terrain d'application privilégié du pacte girondin voulu par le président de la République et souhaite l'établissement d'un diagnostic global, lucide et partagé sur l'action publique en Corse, les instruments de l'action publique, le cadre fiscal et social, et l'adaptation des normes aux spécificités insulaires”. Visiblement inquiet de cette écrasante victoire des nationalistes corses, qui peut conduire l’île de Beauté à opter pour l’indépendance, M. Philippe a estimé que “cette discussion doit se dérouler dans la sérénité, le respect mutuel, en dehors de tout rapport de force et sans remise en cause du cadre et des valeurs de la République et des libertés et droits fondamentaux garantis par les traités européens”, lit-on encore sur le quotidien local.

Lyès Menacer/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER