Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Crise libyenne

Paris et Rome tentent de trouver un terrain d’entente

© D. R.

Les ministres français et italien des Affaires étrangères se sont réunis lundi à Bruxelles en marge d’une réunion de l’Union européenne pour discuter de la situation en Libye. Jean-Yves Le Drian et Enzo Moavero Milanesi ont mis l’accent dans un communiqué commun cité par l’agence de presse italienne Aki sur “l’importance d’un cessez-le-feu immédiat en Libye et la reprise du dialogue dans le cadre du processus de paix des Nations unies dans le but de permettre aux Libyens de décider de leur avenir à travers des élections démocratiques”. Le même communiqué souligne que “l’amélioration des conditions de vie des civils constitue une priorité, qui nécessite une trêve humanitaire”. Par ailleurs, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, préoccupé par les combats près de Tripoli, s’est inquiété de l’armement entrant en Libye, pays soumis depuis 2011 à un embargo sur les armes, dans un rapport obtenu lundi par l’agence AFP.

“Je suis profondément préoccupé par les opérations militaires actuelles en Libye qui seraient alimentées par des transferts d'armes dans le pays, y compris via la mer”, écrit-il dans ce document portant sur la mission européenne Sophia. Autorisée depuis 2016 par l’ONU, cette mission autorise l'inspection de navires au large de la Libye. À noter que trois inspections de navires par des Européens ont été menées en septembre, novembre et janvier, mais aucune arme n’a été trouvée, précise le rapport qui vient d’être remis au Conseil de sécurité. Dans une déclaration, lundi à Bruxelles, les Européens insistent sur l’engagement à respecter l’embargo sur les ventes d’armes à la Libye. Si Sophia a été prolongée jusqu'au 30 septembre, ses moyens navals ont toutefois été retirés en mars après un refus de l’Italie d'accepter des débarquements de migrants par ces navires dont le deuxième objectif était de lutter contre les réseaux de passeurs.
 

Merzak T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER