Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Son ambassadrice auprès de l’ONU exprime des “regrets” sans s’excuser

“Pays de merde” : les diplomates africains écrivent à Trump

L’indignation suscitée par les déclarations du président américain Donald Trump, qualifiant Haïti et certains États africaines de “pays de merde” se poursuit, alors que l’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley tente une sortie honorable à ce grave incident diplomatique qui a choqué à travers le monde. Les diplomates africains ont adressé en effet une lettre à Donald Trump, a rapporté RFI, citant quelques extraits du document en question. “Cher M. Le président, nous vous écrivons pour dire notre profonde inquiétude au sujet de vos récentes remarques sur les pays africains” ont-ils noté, lit-on sur le site de RFI. “L'Afrique est un continent de grands talents humains, d'une beauté extraordinaire et de ressources naturelles sans pareilles”, ont rappelé les diplomates de 48 pays africains, soulignant que l’Afrique “c'est aussi un continent avec des liens historiques profonds avec les États-Unis”. Et de conclure : “Nous espérons que vous allez réviser votre vision de l'Afrique et de ses citoyens et que vous reconnaîtrez la contribution importante que les Africains et les Afro-Américains ont apporté et continuent d'apporter à votre pays et à son histoire”. Parallèlement, Nikki Haley, la diplomate américaine auprès de l’ONU a essayé jeudi de minimiser cet incident et surtout d’apaiser la tension créée par les propos irresponsable d’un Donald Trump qui, avec ces déclarations insultantes, s’est mis sur le dos de nombreux pays et a provoqué une sérieuse dégradation des relations diplomatiques des États-Unis avec certains d’entre eux, y compris chez leurs alliés traditionnels. Mais Nikki Haley n’a pas présenté d’excuses, préférant user du terme “regrets”. Selon un de ces émissaires, c'est à sa propre demande que Nikki Haley a rencontré les ambassadeurs africains auprès des Nations unies qui avaient publié vendredi dernier un communiqué au langage très dur, exigeant des excuses au président américain pour ses propos “racistes” prononcés il y a une semaine lors d'une réunion à la Maison- Blanche, selon l'ambassadeur de Guinée équatoriale, Anatolio Ndong Mba. L'ambassadrice américaine n'a pas présenté d'excuses lors de cette rencontre à huis clos mais a exprimé ses regrets, a-t-il affirmé, ont rapporté les agences de presse. Nikki Haley a expliqué aux ambassadeurs “qu'elle n'était pas à la Maison-Blanche, elle n'était pas sûre de ce qui s'y est dit, mais qu'elle regrettait toute cette situation”, a poursuivi Anatolio Ndong Mba.

L. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER