Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Violences armées en Afrique de l’ouest et centrale

Plus de 1,9 million d’enfants privés d’école

De nombreuses écoles forcées de fermer en raison de l’insécurité. © D.R

Plus du quart des 742 attaques contre des écoles dans le monde en 2018 sont survenues en Afrique de l’Ouest et Centrale, selon un rapport de l’Unicef. 

Plus de 1,9 million d’enfants n’ont pas accès à l’éducation en Afrique de l’Ouest et centrale, selon le dernier rapport du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), rendu public vendredi soir sur le site de l’ONU. “En ce moment-même, 1,92 million d’enfants sont privés d’éducation dans la région, en raison de la violence et de l’insécurité au sein et aux abords des écoles. Au Burkina Faso, au Cameroun, au Mali, au Niger, au Nigeria, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et au Tchad, une intensification des menaces et des attaques contre les élèves, les enseignants et les écoles – contre l’éducation elle-même – fait planer une ombre alarmante sur les enfants, leur famille, leur communauté et l’ensemble de la société”, s’alarme l’Unicef dans son rapport, intitulé “L’éducation en péril en Afrique de l’Ouest et centrale”. Le rapport de l’organisation onusienne indique que le nombre d’écoles fermées dans ces cinq pays de l’Afrique de l’Ouest et centrale a triplé en à peine deux ans. “Le nombre d’écoles forcées de fermer en raison de l’insécurité accrue dans les zones touchées par les conflits en Afrique de l’Ouest et centrale a triplé entre la fin de l’année 2017 et juin 2019. En juin 2019, 9 272 écoles étaient fermées dans huit pays de la région, situation affectant plus de 1,91 million d’enfants et près de 44 000 enseignants”. L’Unicef mentionne également que plus du quart des 742 attaques vérifiées contre des écoles dans le monde en 2018 sont survenues dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest et centrale. Autant dire que c’est toute l’éducation qui est aujourd’hui en péril dans cette région. Outre les violences d’ordre ethnique ou en rapport avec des conflits entre les pays de la région, l’Unicef a souligné que l’accès à l’éducation dans ces pays se trouve bafoué en raison de considérations idéologiques. “Dans les pays du Sahel central (Burkina Faso, Mali et Niger) et du bassin du lac Tchad (Cameroun, Niger, Nigeria et Tchad), l’opposition idéologique à ce qui est perçu comme une éducation de style occidental – en particulier pour les filles – se situe au cœur d’une grande partie de ces hostilités. En conséquence, les écoliers, les enseignants, les administrateurs et les infrastructures scolaires sont délibérément visés”, lit-on dans les extraits du rapport publié. “Parallèlement, l’intensification de l’insécurité et du conflit, notamment l’utilisation des écoles par des forces et des groupes armés, perturbe encore plus l’accès des enfants à une éducation de qualité”, regrette encore l’Unicef qui appelle les gouvernements de la région à agir en toute urgence afin de protéger l’avenir de milliers d’enfants.  


Karim Benamar


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER