Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Nigeria

“Plus de 200 morts” dans les violences intercommunautaires

Les violences entre éleveurs peuls musulmans et agriculteurs chrétiens qui ont éclaté au cours du weekend dans l'État du Plateau, dans le centre du Nigeria, ont fait plus de 200 morts selon le gouverneur de l'État Simon Lalong.
Dans un discours publié, hier, et adressé au président Muhammadu Buhari, M. Lalong a dit regretter la perte douloureuse de plus de 200 personnes, tuées par des membres présumés de l'ethnie peule dans une vague de violences intercommunautaires, qui a fait des centaines de morts depuis le début de l'année dans les États du centre du Nigeria. Le gouverneur de l'État du Plateau, une zone historiquement explosive entre les communautés chrétiennes et musulmanes, recevait, mardi, le président Buhari, fortement critiqué depuis plusieurs mois pour son inaction face à la crise qui cristallise toutes les tensions dans le pays. M. Buhari, ancien général originaire du Nord, a rejeté toutes les accusations selon lesquelles il soutenait la communauté peule et musulmane, parce que je leur ressemble. M. Lalong était parvenu jusqu'à présent à maintenir une paix relative dans l'État du Plateau et a dit s'inquiéter des attaques répétées qui donnent l'occasion à des éléments criminels engagés dans le vol de bétail, le pillage, le banditisme ou la contrebande d'armes de commettre ces crimes parmi les citoyens du Plateau.
Les prochaines élections générales et présidentielle se tiendront en février 2019, et beaucoup s'inquiètent des récupérations de groupes criminels à des fins politiques, mais aussi de la tournure ethnique et religieuse que prend ce conflit, dont le premier enjeu est l'accès aux terres fertiles.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER