Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Ils sont victimes de détention arbitraire

Plus de 6 500 Palestiniens dans les geôles israéliennes

Arrestation d’un jeune Palestinien par les militaires israéliens. © D.R

Profitant du silence de la communauté internationale, l’occupant israélien a adopté depuis le début de l’année 2017 plusieurs lois lui permettant de violer les droits des détenus palestiniens.

Plus de 6 500 Palestiniens croupissent dans les prisons israéliennes, selon les derniers chiffres officiels des autorités palestiniennes qui s’apprêtent à célébrer la “Journée du prisonnier”, instituée par l’Assemblée nationale lors de sa session ordinaire du 17 avril 1974. Parmi les Palestiniens arbitrairement détenus par Israël, figurent au moins 350 enfants. On apprend également que 48 détenus sont en prison depuis plus de 20 ans. L’on dénombre parmi eux six députés, dont le célèbre Marwan Al-Barghouthi. Alors que 500 d’entre eux sont en détention administrative soit sans aucun jugement depuis de longues années, 1800 sont malades, dont 700 ont besoin d’une intervention thérapeutique urgente. La commission palestinienne des Affaires des prisonniers indique que 215 détenus sont tombés en martyrs à l’intérieur des prisons de l’occupation depuis 1967, dont 72 à cause de la torture lors des interrogatoires, et 61 en raison de négligences médicales. La même source ajoute que 77 détenus ont été exécutés arbitrairement, soit dans le cadre d’une liquidation directe ou d’une exécution sur le terrain immédiatement après leur arrestation. Dans un cadre global, les autorités israéliennes ont arrêté plus de 16 000 Palestiniens depuis 1967. Ceci étant, encouragé par le silence de la communauté internationale, l’État hébreu a opéré au cours de l’année 2017 et depuis le début de l’année 2018 un durcissement de sa législation en adoptant des lois racistes et permettant des représailles contre les prisonniers palestiniens. En effet, plusieurs lois ont été introduites et discutées dans les cadres politique, sécuritaire et législatif, dont certaines ont été approuvées par le comité législation de la Knesset. Parmi les plus importantes, l’on citera le projet de loi de l’exécution des prisonniers, le projet de loi visant à déduire les allocations des martyrs et des prisonniers et le projet de loi autorisant la détention des corps des martyrs.
Pas plus tard qu’hier, les forces israéliennes ont arrêté 36 Palestiniens dont une femme dans plusieurs provinces de Cisjordanie occupée. Selon un communiqué du Club du prisonnier palestinien rendu public hier, les forces israéliennes ont pris d’assaut plusieurs localités dans la province de Ramallah et ont arrêté huit Palestiniens dont un journaliste. Sept autres Palestiniens, dont une femme, de la province d’El-Qods ont été arrêtés par la police israélienne. À Qalqilya et Jénine, c’est l’armée israélienne qui a procédé à l’arrestation de dix Palestiniens. Les soldats israéliens ont également arrêté quatre Palestiniens de la province de Naplouse, quatre à Bethléem et trois autres à Hébron. Il ne se passe pas un jour sans que des Palestiniens soient arrêtés par les forces armées ou de la police israéliennes, et détenus arbitrairement, sans que les ONG de défense des droits de l’homme et les démocraties occidentales s’en offusquent. Selon l’agence Wafa, au-delà du cérémonial, il s’agit “d’une occasion pour honorer les prisonniers et leurs sacrifices, et soutenir leur droit à la liberté”.


Merzak Tigrine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER