Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Loi sur la citoyenneté en Inde

Plusieurs rassemblements interdits à New Delhi

© D.R.

Les autorités indiennes ont interdit hier les rassemblements en plusieurs lieux de la capitale New Delhi, théâtre la veille d'échauffourées entre policiers et manifestants opposés à une loi sur la citoyenneté qui continue de diviser le géant d'Asie du Sud. Ce mouvement de contestation, principalement mené par des membres de la  communauté musulmane, qui constitue 14% du 1,3 milliard d'Indiens, dure depuis la semaine dernière. Il est l'un des plus importants auquel doivent faire face les nationalistes hindous du Premier ministre Narendra Modi. De nouvelles manifestations se sont tenues par contre hier dans les États du Bengale occidental, Tamil Nadu, Telangana et Maharashtra. Voté par le Parlement indien la semaine dernière, le Citizenship Amendment  Act (CAA) facilite l'attribution de la citoyenneté indienne aux réfugiés  d'Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan, mais à condition qu'ils ne soient pas musulmans. La police de Delhi a fait état de 6 personnes arrêtées mardi. 6 autres personnes ont été interpellées au Bengale occidental (Est) à Howrah, ville-jumelle de Calcutta. 

Dans le grand État d'Uttar Pradesh (Nord), plus de 110 personnes ont été arrêtées en lien avec les manifestations ou pour des messages postés sur les réseaux sociaux. Hier, les résidences étudiantes se sont vidées à l'Aligarh Muslim University (Uttar  Pradesh), l'un des épicentres de la contestation et où les étudiants accusent la police de répression brutale de leur rassemblement dimanche, après que l'administration a décrété un début prématuré des vacances d'hiver. À la grande université Jamia Millia Islamia de New Delhi, des  manifestations pacifiques se sont tenues à nouveau hier. 
Saisie par des plaignants, la Cour suprême d'Inde a indiqué qu'elle entendrait les recours contre le CAA en janvier. Les opposants au texte l'estiment contraire à la Constitution et à l'esprit de laïcité indiens. 
 

R. I./ Agences



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER