Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Prétextant des livraisons d’armes au Front Polisario via le Hezbollah

Rabat rompt de nouveau ses relations avec Téhéran

Mohammed VI (à gauche), roi du Maroc, et Hassan Rohani, président de la République islamique d'Iran. ©D. R.

Le Maroc a déjà rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran de 2009 jusqu’en 2014. À l’époque, Rabat a justifié sa décision par un présumé “activisme” de Téhéran pour propager le courant chiite dans le royaume chérifien.

Quatre années après leur rétablissement, les rapports entre le Maroc et l’Iran sont à nouveau coupés, et toujours à l’initiative de Rabat qui accuse Téhéran d’avoir facilité une livraison d’armes au Front Polisario, à travers le Hezbollah libanais. “Une première livraison d’armes a été récemment fournie au Polisario, via un élément à l’ambassade iranienne à Alger”, a indiqué, mardi soir, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, à des journalistes pour justifier la décision de rupture des relations. Il a ajouté que “le Maroc dispose de preuves irréfutables, de noms identifiés et de faits précis qui corroborent cette connivence entre le Polisario et le Hezbollah contre les intérêts suprêmes du royaume”. Réagissant le jour-même de l’annonce de Rabat, le mouvement de Cheikh Nasrallah a indiqué dans un communiqué que “le Hezbollah nie les allégations et les accusations marocaines, tout en soulignant qu’il est regrettable que le Maroc ait recours aux pressions des États-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite pour diriger ces fausses accusations”. La même source a estimé que “le ministère marocain des Affaires étrangères était libre de chercher un argument plus convaincant pour rompre ses relations avec l’Iran, mais le Maroc devait chercher un argument plus convaincant pour rompre ses relations avec l’Iran au lieu d’inventer ces arguments”. De son côté, le ministère iranien des Affaires étrangères a démenti fermement ces accusations, tout en dénonçant dans son communiqué un prétexte à une rupture diplomatique. “Cette affaire est totalement dénuée de fondement”, a poursuivi le ministère iranien, assurant que la République islamique avait toujours eu comme ligne de conduite le respect de la souveraineté et (la) sécurité des pays avec lesquels elle entretient des relations diplomatiques, et la non-ingérence dans (leurs) affaires. Quant au Front Polisario, il a fustigé hier, par la voix de Mhamed Khaddad, des accusations infondées, pour lesquelles le Maroc n’a apporté aucune preuve. “Le Polisario n’a jamais eu de relations militaires avec le Hezbollah et l’Iran. C'est un mensonge grotesque pour impliquer le Maghreb dans la crise du Moyen-Orient”, a déclaré le responsable sahraoui à l’agence AFP à Alger, accusant Rabat de vouloir se dérober au processus de négociations auquel vient d'appeler le Conseil de sécurité sur le Sahara occidental. Visiblement très satisfaite de la décision du Maroc de rompre avec l’Iran, l’Arabie saoudite a indiqué dans un communiqué officiel qu’elle condamnait fermement l’ingérence iranienne dans les affaires intérieures du Maroc via son instrument, la milice terroriste du Hezbollah, qui entraîne les éléments du soi-disant groupe Polisario en vue de déstabiliser la sécurité et la stabilité du royaume chérifien. Riyad a également affirmé qu’elle se tient aux côtés du royaume frère du Maroc pour tout ce qui garantit sa sécurité et sa stabilité, y compris sa décision de mardi.
Emboîtant le pas à l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Bahreïn, traditionnellement alignés sur ses positions, ont eux aussi assuré Rabat de leur solidarité.

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
aminelicia le 05/05/2018 à 5h24

En marge de tout cela, je ne cesse de me poser des questions sur cette colonisation du Sahara Occidental (Rio de Oro) par les marocains. Ces derniers sont indépendants depuis 1956. Pourquoi ont-ils attendu 1975 pour l'occuper. S'il était vraiment marocain, pourquoi l'avoir partagé au départ avec la Maurétanie. Tout cela est une forme d'arnaque historique. S'ils étaient vraiment soucieux de leur unité "territoriale", pourquoi laisser Ceuta et Melilla aux mains des Espagnols depuis des siècles?

Commentaires
1 réactions