Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Violences communautaires

RD Congo : 49 morts dans l’Ituri

Quarante neuf personnes ont été tuées dans des nouvelles violences communautaires survenues dans la nuit de jeudi à hier en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source officielle. Le bilan des affrontements entre communautés Hema et Lendu est de “49 personnes tuées”, a déclaré à l'AFP le ministre de l'Intérieur congolais Henri Mova, dans un message électronique. Ces violences se sont déroulées à Maze, un village du territoire de Djugu, situé à environ 80 km au nord de Bunia, capitale de la province de l'Ituri. “Le gouverneur de province est en route pour atteindre le site des tueries en ce moment”, a précisé le ministre de l'Intérieur. Selon plusieurs témoignages recueillis par l'AFP, les assaillants, présentés comme appartenant à la communauté Lendu, se sont attaqués aux Hema. Le différend pour les terres entre éleveurs Hema et agriculteurs Lendu en Ituri est une des nombreuses sources de violences dans l'Est troublé de la RDC. Le bilan risque d'être plus lourd, selon la société civile. “Les assaillants ont investi le village et se sont livrés à un véritable carnage”, a déclaré à l'AFP Banza Charité, un responsable de la société civile locale. Interrogé par l'AFP, le directeur de l'ONG Caritas Bunia, l'abbé Alfred Ndrabu Buju, a confirmé ces violences entre Hema et Lendu jeudi soir. “Un enfant victime de l'attaque a été reçu ce matin à l'hôpital général de Drodro avec une flèche dans la tête”, a indiqué le prêtre catholique. Le regain de violences en Ituri remonte à mi-décembre et a déjà fait une centaine de morts. Ces violences concentrées autour de Djugu, au nord-est de Bunia, ont fait une centaine de morts et provoqué le déplacement d'environ 200 000 personnes depuis la mi-décembre.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER