Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Nouvelles manifestations après dix jours d’accalmie

Reprise des heurts à Hong Kong

© D. R.

C'est la fin d'une relative accalmie de 10 jours à Hong Kong: la police de l'ex-colonie britannique a utilisé hier le gaz lacrymogène et chargé des manifestants radicaux pro-démocratie, qui avaient lancé des projectiles. Cette région semi-autonome du sud de la Chine connaît depuis juin sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession en 1997. Des actions quasi quotidiennes sont organisées pour dénoncer notamment le recul des libertés et l'ingérence jugée grandissante de Pékin. Alors qu'à la suite de graves dérapages, les manifestations étaient depuis plus d'une semaine redevenues pacifiques, la tension est remontée d'un cran hier dans le quartier populaire de Kwun Tong, dans l'est de la partie continentale de Hong Kong. Après avoir défilé dans le quartier, des milliers de manifestants vêtus de noir et portant pour beaucoup des masques à gaz et des casques de chantier ont été bloqués par des dizaines de policiers antiémeute. Les protestataires ont érigé en travers d'une rue une barricade faite de barrières en plastique utilisées pour la circulation et de tiges de bambou servant à fabriquer les échafaudages dans le BTP. Des inscriptions “Chinazi” apparaissaient sur les murets de béton séparant les deux voies de cette artère. De nombreuses insultes fusaient des rangs des manifestants en direction des policiers, au centre depuis des semaines de l'ire des contestataires, ceux-ci l'accusant de violences. Après quelques heures de face-à-face, des radicaux ont commencé à jeter des bouteilles sur les forces de l'ordre, ou à leur tirer dessus au lance-pierre. La riposte ne s'est pas fait attendre, la police chargeant en tirant aussi des grenades lacrymogènes, qui n'avaient plus été employées depuis 10 jours. Plusieurs manifestants ont été arrêtés, selon un journaliste de l'AFP sur place. Après des semaines de mobilisation essentiellement pacifique, les manifestations avaient dégénéré fin juillet et début août en des affrontements entre radicaux jetant des pierres ou des briques et les forces de l'ordre faisant un usage massif de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER