Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Les auditions de ses leaders ont repris lundi

Rif marocain : Rabat maintient la pression sur le Hirak

La Cour d’appel de Casablanca a repris lundi le procès des 54 détenus du Hirak du Rif, qui est entré dans une “nouvelle phase”, selon les médias marocains, avec l’audition des quatre “leaders” y compris Nasser Zefzafi, a-t-on appris hier de sources concordantes. Ils sont considérés par les autorités marocaines comme “les véritables meneurs” du mouvement de contestation, qui a secoué la ville d’Al Hoceima et le Rif d’une manière générale. Selon “médias24”, le détenu Rabie Ablaq, 31 ans, arrêté le 28 mai 2017, a raconté “l’enfer qu’il a vécu en garde à vue, au siège de la BNPJ”. “Pendant trois jours, on m’a obligé à me tenir debout sur un seul pied, et d’insulter Nasser Zefzafi tout en levant le drapeau marocain et en criant vive le roi”, a-t-il affirmé. Affirmant avoir été victime de chantage, Rabie Ablaq a ajouté : “On m’a proposé de signer un P-V où j’affirme avoir remis à Zefzafi 100 000 DH provenant de l’étranger. En échange de quoi, ils se chargeraient de mon installation aux Pays-Bas, où ils m’ont promis un salaire. Ce que j’ai refusé”. “Des sept mois de mise sur écoute, ils n’ont tiré aucune preuve que Zefzafi reçoit des fonds de l’étranger. Ils voulaient m’utiliser comme pion pour l’enfoncer”, a-t-il également déclaré au juge. Toujours selon “medias24”, ce fut ensuite une série de questions, touchant toutes à des publications Facebook de Rabie Ablaq. Dans ces publications, on retrouve des propos attribués à Ablaq, où il affirme : “Je suis un Rifain républicain. C’est aussi simple que cela”, ou encore : “Mon rêve est que mon peuple s’insurge pour récupérer et instituer sa République du Rif”. Publiée le 14 septembre sur l'une de ses pages, une photo montre un  individu portant un drapeau du Rif, tout en piétinant celui  du Maroc. La photo est accompagnée de cette légende: “Aucun drapeau n’est au-dessus de celui du Rif. Le drapeau de Lyautey dans la poubelle de l’histoire”.          

                                                                       
M. T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER