Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Entre crise interne et tension avec les capitales voisines

Riyad dans le tourbillon d’une transition à hauts risques

Le prince Alwalid ben Talal (à gauche), homme d'affaires richissime et principal actionnaire de la société d'investissement Kingdom Holding. ©D. R.

Soutenu par les États-Unis dans sa présumée guerre contre la corruption à Riyad, le prince héritier d’Arabie saoudite affiche ses muscles face au rival iranien et hausse le ton contre un Liban en crise après la démission de son Premier ministre, Saâd Hariri.

L’Arabie saoudite s’est engagée dans une succession périlleuse pour le pays et pour l’avenir d’une région qui vit dans une instabilité quasi permanente depuis des décennies.
Au lendemain des arrestations pour “corruption” d’une dizaine d’émirs, d’anciens ministres et hauts responsables sécuritaires, le prince héritier Mohamed Ben Salmane s’en prend au rival régional iranien, en l’accusant d’“agression militaire directe”, après un tir de missile balistique en provenance du Yémen. “L'implication de l'Iran dans la fourniture de missiles aux houthis est une agression militaire directe par le régime iranien et pourrait être considérée comme un acte de guerre contre le royaume”, a déclaré Mohammed ben Salmane, auquel Téhéran a rapidement répliqué en déclarant, via chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, que “les allégations des responsables saoudiens étaient contraires à la réalité”, a repris l’AFP, citant le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi.
Le fils du roi Salmane veut parer à tout putsch au sein d’un royaume où l’ordre de succession a été chamboulé par son père. Cette décision a provoqué une révolution de palais silencieuse qui semble avoir été étouffée dans l’œuf. Et la série d’arrestations n’est que la face visible d’un conflit interne dans le royaume. Mais embourbé dans la guerre d’agression au Yémen, au sein d’une coalition arabe qu’il dirige depuis mai 2014, et vivant une conjoncture économique difficile, l’Arabie saoudite ressemble aujourd’hui à un géant aux pieds d’argile. Ce qui ne l’empêche pas toutefois d’engager un bras de fer avec le Liban en l’accusant de lui avoir déclaré la guerre, sous prétexte que le Hezbollah libanais (parti chiite) est directement impliqué dans le conflit au Yémen, en soutenant les houthis (chiites). Mais en réalité, c’est le Liban qui se retrouve une nouvelle fois au cœur d’une guerre de rivalité entre Téhéran et Riyad, car Riyad est accusé d’avoir mis la pression sur le Premier ministre libanais Saâd Hariri pour démissionner de son poste, au motif que sa vie est menacée mais sans apporter la moindre preuve de ce qu’il avance.
Toutefois, l’on se demande s’il ne s’agirait pas d’une stratégie de diversion de la part de Mohamed Ben Salmane pour détourner l’attention des Saoudiens sur les purges qu’il mène depuis trois jours dans le royaume, pour asseoir son contrôle à Riyad, en attendant son intronisation. Soutenu par Washington et par de nombreuses capitales occidentales qui le présentent sous le visage d’un homme ouvert et réformateur, le prince héritier a donc les mains libres pour “épurer” la situation en Arabie saoudite et peser sur les équilibres futurs au Proche-Orient.
Cela ne sera pas sans risque sur la stabilité du pays des pétrodollars et sur la région.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER