Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Alors que le Premier ministre démissionnaire Hariri est attendu à Paris aujourd’hui

Riyad et Tel-Aviv prêts pour une guerre contre Beyrouth

Mohammed ben Salmane Al Saoud (à gauche), prince héritier et vice-Premier ministre d'Arabie saoudite et Benyamin Netanyahou, premier ministre d'Israël. ©D. R.

Selon certains journaux et responsables politiques libanais, l’Arabie saoudite œuvre à faire partir le président Michel Aoun et redistribuer les cartes au Liban, en formant un nouveau gouvernement dont sera exclu le Hezbollah chiite.

La démission du Premier ministre libanais Saad Hariri, attendu aujourd’hui avec sa famille à Paris, ne cesse de livrer ses secrets, plus particulièrement sur l’implication directe de l’Arabie Saoudite et sur son alliance assumée avec l’occupant israélien de la Palestine pour détruire le Liban, quitte à déstabiliser toute la région du Proche-Orient, avec la bénédiction des États-Unis. Sous-prétexte que l’Iran, le grand rival régional de l’Arabie saoudite, représente un danger pour Tel-Aviv et Riyad, le royaume wahhabite se montre en effet prêt à livrer la guerre au Liban pour se débarrasser du Hezbollah. Une interview accordée par un général israélien à un journal libanais à ce sujet le démontre parfaitement. Le chef d'état-major israélien Gadi Eisenkot a affirmé au site d'information en ligne Elaph, fondé par un homme d'affaires saoudien et basé en Grande-Bretagne, que son pays est “prêt à échanger (son) expérience et les informations provenant du renseignement avec les pays arabes modérés pour faire face à l'Iran”. Tel-Aviv et Riyad sont en “accord total”, a-t-il déclaré, sur le fait que l'Iran soit “la plus grande menace” régionale. Israéliens et Saoudiens ne se sont jamais fait la guerre et la présidence américaine de Donald Trump offre “la chance d'une nouvelle alliance internationale dans la région”, a-t-il ajouté.
Ces propos interviennent dans un contexte particulier, marqué par la montée de la pression sur Riyad, accusée par de nombreuses ONG humanitaires de crimes de guerres et de crimes contre l’humanité au Yémen, même si pour le moment l’Arabie Saoudite bénéficie d’un soutien indéfectible au niveau de l’ONU, où certains membres n’arrivent toujours pas à envoyer une commission d’enquête dans ce pays ravagé par la guerre interne et la guerre d’agression saoudienne contre les Houthis, de confession chiite. L’interview du militaire israélien intervient aussi à la veille du départ de Saad Hariri de Riyad à destination de Paris, où il rencontrera le chef d’État français, Emmanuel Macron, dont le pays s’est retrouvé dans une posture gênante, en raison des liens historiques qu’entretient la France avec le Liban et les relations objectives qu’elle a développée avec l’Arabie Saoudite.
Saad Hariri restera-t-il à Paris avec sa famille ou retournera-t-il à Beyrouth pour formaliser sa démission surprise et qui a plongé son pays dans une nouvelle crise institutionnelle et politique, sur instigation d’une Arabie Saoudite qui joue avec le feu, au milieu du silence des pays arabes qui lui sont quasiment acquis ? le Premier ministre démissionnaire a réaffirmé mercredi qu’il rentrera au Liban d’ici quelques jours, mais le doute est toujours là, y compris au sein de ses partisans qui ont dénoncé sa détention par Riyad depuis le 4 novembre dernier. Par ailleurs, face aux menaces d’agression israélo-saoudiennes, l’Iran a réagi en dénonçant surtout l’attitude de la France. “Malheureusement, il semble que la France a un regard partial et partisan sur les crises de la région et cette approche, volontairement ou involontairement, aide même à transformer des crises potentielles en crises réelles”, ont dit les Affaires étrangères à Téhéran.  

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
4 réactions
Argaz le 18/11/2017 à 23h54

Les convoitises des enturbannés se confirment chaque jour un peu plus dans leur affinité vis-à-vis du gouvernement israélien que les derniers événements ne font que confirmer en faisant sien de l'adage selon lequel l'ennemi de mon ennemi ne peut-être que mon ami. A bon entendeur...

Brahms le 19/11/2017 à 6h33

Pour inverser les rôles, il faudrait que chaque musulman cesse d'aller à la Mecque pour remplir la musette en devises de l'Arabie Saoudite sinon on va aller de catastrophe en catastrophe. L'Arabie Saoudite a trop d'argent donc il faut affaiblir cette secte du Wahhabisme qui a volé l'Arabie aux arabes avec ses richesses pour financer des koufards et des juifs au détriment des musulmans. Le chiisme a dénoncé ces imposteurs et ces fossoyeurs de l'islam et la vérité a éclaté depuis 1990 avec l'Irak.

Brahms le 19/11/2017 à 6h45

Le musée du Louvre a été inauguré à Abou Dhabi et rien que pour le nom "Louvre", les saoudiens ont donné à l'Etat Français 400 millions d'euros juste pour utilisé le mot Louvre. Or, quand le musulman aura compris que ce sont de faux arabes "les saoudiens", il comprendra que le petit pouvoir qu'il possède + le petit pouvoir d'un autre musulman soit 5 000 € + 5 000 € représentant l'impôt islamique pour se rendre à la Mecque, il le supprimera pour le profit de son pays, la donne changera.

Brahms le 19/11/2017 à 14h30

Le système est rôdé : L'Arabie Saoudite a donné un chèque de 389 milliards de dollars aux USA mais derrière personne ne vérifiera où ira l'argent. Or, sur cette somme d'argent, il y a prélèvement qui s'opère d'office pour financer la sécurité de l'Etat d'Israël en avions de combats dernier cri, missiles, formation etc..etc.. C'est donc le musulman pauvre qui se trouve en Europe qui finance la défense de l'Etat d'Israël via le pèlerinage qui sert juste de paravent pour capter les devises fortes.

Commentaires
4 réactions