Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Après avoir été pendant longtemps le financier de l’extrémisme islamiste

Riyad lance une coalition antiterroriste des pays musulmans

L'Arabie Saoudite, qui se cherche une nouvelle virginité politique, a lancé hier une coalition militaire antiterroriste de 40 pays musulmans, ont rapporté les agences de presse. Riyad, dont la responsabilité est plus qu’avérée dans son soutien au terrorisme en finançant, entre autres Al-Qaïda en Syrie, et la propagation de l’idéologie extrémiste wahhabite, promet donc d’éradiquer le terrorisme jusqu’à sa “disparition de la terre”, a déclaré le prince héritier Mohammed ben Salmane. Contesté à l’intérieur du royaume, au sein même de la famille royale, le nouvel homme fort du pays cherche, à travers cette coalition, des soutiens chez les Occidentaux qui, pour le moment, lui sont acquis, à coups de contrats d’achat d’armements de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Mais pas seulement. L’Arabie Saoudite, considérée comme un élément déstabilisateur dans la région du Proche-Orient, se cherche une couverture politique et diplomatique pour cacher ses crimes au Yémen. Riyad mène en effet une guerre d’agression au Yémen, sous-prétexte de lutte contre l’instabilité politique dans ce pays, en guerre depuis 2013. Le conflit yéménite oppose le gouvernement de Mansour Hadi, soutenu par Riyad, aux Houthis (chiites) et leur allié sunnite, l’ancien président Ali Abdellah Saleh, déchu en 2011 dans le sillage de ce qui est appelé “le Printemps arabe”. L'Iran, grand rival chiite de l'Arabie Saoudite, la Syrie et l'Irak ne font pas partie de cette coalition. Le Qatar, qui figure sur une liste des pays membres publiée par l'agence officielle SPA, n'a pas pris part à la réunion. Autrement dit, Riyad risque ainsi d’entraîner ses partenaires dans sa présumée lutte contre le présumé «danger chiite» qui gêne plutôt l’Arabie Saoudite dans ses velléités hégémoniques dans la région.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 28/11/2017 à 6h40

Qu'ils se débrouillent entre eux. Quand il y a de l'argent, des contrats commerciaux à signer ça va pour les américains, européens mais quand il s'agit des problèmes, des crimes de sang, ils cherchent du soutien chez les africains. Saoudiens donnaient donc vos Rolls Royce, 4/4, Ferrari aux pauvres, donnez vos milliards en devises qui sont dans des paradis fiscaux, donnez vos appartements aux sans abris (SDF) au lieu de les laisser vide, créez des usines au lieu d'investir à perte dans le foot.

Commentaires
1 réactions