Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

À un mois de l’expiration du mandat de la mission de l’Onu

Sahara occidental : Horst Köhler présente son rapport d’étape

Horst Köhler, ancien président d'Allemagne. ©D. R.

Déstabilisé, Rabat s’est ouvertement opposé à toute implication d’autres acteurs régionaux, continentaux et internationaux dans le travail de médiation de M. Köhler, en dehors de l’ONU.

L’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Horst Köhler, présentera aujourd’hui son rapport d’étape à l’occasion d’une réunion du Conseil de sécurité, consacrée spécialement à ce sujet. L’ancien président allemand a achevé ses consultations avec les deux parties concernées, dont le Maroc en dernier le 6 mars à Lisbonne alors que les responsables du Front Polisario et les chefs de la diplomatie des pays voisins, la Mauritanie et l’Algérie, ont été consultés à Berlin au mois de février. Ce décalage de la réunion avec la délégation marocaine a eu pour conséquence le report à ce mois de mars de cette réunion d’étape de l’organe exécutif onusien, qui était initialement prévue au mois de février. Ce report a été également perçu  par de nombreux observateurs comme “une entrave dressée au médiateur onusien dans sa mission de relancer le processus onusien à l’arrêt depuis 2012”. Ceci étant, ce rapport d’étape est très attendu car il conditionnera celui que présentera  Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU à la fin du mois d’avril au Conseil de sécurité pour décider du contenu de la nouvelle résolution sur ce dossier de décolonisation et du renouvellement du mandat de la Minurso. L’attente se justifie par les nombreuses consultations qu’a eues Horst Köhler avec différentes parties, dont l’Union européenne et l’Union africaine, et particulièrement le président de sa Commission le Tchadien, Moussa Faki Mahamat, et le chef de sa Commission paix et sécurité, l’Algérien Smaïl Chergui. Il y a lieu de noter que cette façon de procéder de l’émissaire onusien n’a pas été du goût de Rabat, qui refuse que l’Union africaine ait un quelconque rôle dans le règlement du conflit du Sahara occidental et veut qu’il reste cantonné au seul Conseil de sécurité.
Et pourtant, l’ONU a réitéré à maintes reprises son engagement constant de coopérer avec l’organisation panafricaine sur les questions relatives à la paix et  la sécurité dans le continent. Mieux, l’OUA, l’ancêtre de l’UA, avait réussi par le passé à négocier avec l’ONU un plan de règlement, en traçant la voie pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’organisation onusienne.
Le fait nouveau est que la présentation de ce rapport d’étape par l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, sera fera en présence du nouveau chef de la Minurso, le Canadien Colin Stewart, dont la désignation n’a pas été appréciée par Rabat.

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 23/03/2018 à 6h56

Le Maroc n'est pas un pays indépendant selon les accords de Saint Cloud et d'Aix les Bains. C'est en réalité un pays interdépendant lié à la France d'où ce contentieux qui traîne depuis 40 ans.

Commentaires
1 réactions