Scroll To Top

A la une / International

Face à l’extrémisme religieux et violent

Sahel : les imams pour la coexistence pacifique


La capitale sénégalaise Dakar abrite depuis hier le quatrième atelier de la Ligue des oulémas, prêcheurs et imams des pays du Sahel, sous le thème “Les valeurs de coexistence pacifique face à l’extrémisme religieux et violent”.
Cette rencontre intervient dans un contexte marqué par une montée de l’extrémisme religieux au Sahel et un retour en force des groupes terroristes qui menacent la stabilité des pays de cette région.
Le Mali, un des membres de cette association, est d’ailleurs le théâtre de cette violence qui a débordé ces derniers mois dans les pays voisins, dont le Burkina Faso et la Côté d’Ivoire. Ces pays ont été directement la cible d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), appuyée par des groupuscules terroristes à l’ambition de semer la terreur partout dans une région également confrontée à la pauvreté et aux conditions climatiques des plus rudes. L’atelier convoqué à Dakar, après celui d’Alger en novembre 2015, a pour but de mettre en avant les valeurs de coexistence pacifique à l'ombre des menaces sécuritaires dans la région du Sahel et le lac Tchad, a rapporté l’APS.
La rencontre vise particulièrement à préserver la stabilité dans la région, à travers la contribution des oulémas et des prêcheurs dans le traitement de l'extrémisme religieux qui menace la région, également menacée par l’autre groupe nigérian Boko Haram, très présent au niveau de la région du lac Tchad.
À l’issue du 3e atelier organisé en novembre 2015 à Alger, cette association a estimé qu’outre la “méconnaissance de la religion et de la réalité de l’islam”, “d’autres raisons d’ordre social, psychologique, éducatif” ont également “concouru à l’émergence de ce fléau (le terrorisme, ndlr) et à son expansion fulgurante dans notre région”, lit-on dans le communiqué final. Les groupes terroristes recrutent en effet chez la catégorie des jeunes chômeurs et des déçus par les gouvernements en place, comme le démontrent plusieurs articles d’information dans la presse locale. Au Mali, transformé en sanctuaire pour les groupes armés, les terroristes recrutent leurs troupes dans les villages isolés où la population n’a cessé de crier à l’abandon. Même cela ne peut pas justifier à lui seul le départ des jeunes pour ce qui est communément appelé le “jihad”. La misère sociale, la pauvreté et l’absence de réelles perspectives de développement poussent une partie des populations du Sahel à rejoindre les mouvements terroristes ou, du moins, à demeurer passive devant leur présence. Pour rappel, Dakar a accueilli en mars dernier une autre rencontre du même type, initiée par la Ligue islamique mondiale, ayant pour objectif de mettre en place un “plan stratégique” antiterroriste international, basé sur “une approche multidisciplinaire”, comme l’a rapporté la presse locale. “Le terrorisme est dangereux pour la stabilité, l’économie et les relations sociales (…) Faire face à ce fléau doit commencer par en éradiquer les causes. La première cause, c’est l’incompréhension de l’islam, qui conduit à l’extrémisme”, avait estimé à l’occasion le secrétaire général de cette Ligue, Abdallah Ben Abdelmouhsine At-Turky. Si les leaders religieux de ces deux organisations ont identifié les causes de cette montée de l’extrémisme religieux et violent, ils ne disposent pas toutefois des moyens pour mener une lutte efficace contre ce problème devenu d’ordre mondial. C’est pourquoi des pays de la région de l’Afrique de l’Ouest ont préconisé récemment de mettre en œuvre une nouvelle politique de coopération contre le terrorisme, comme l’échange d’informations, mais aussi le renforcement des dispositifs de coopération économique.


Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER