Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Ankara provoque l’exode de plus de 200 000 civils d’Afrine

Syrie : la Turquie cherche-t-elle à exterminer les Kurdes ?

Des familles entières d’Afrine fuyant les combats.  ©D. R.

Ce qui se passe à Afrine est digne d’un début d’épuration ethnique qui ne semble pas inquiéter la communauté internationale, obsédée par l’éviction de Bachar al-Assad du pouvoir en Syrie.

Un massacre à huis clos des Kurdes syriens est en cours à Afrine, où la guerre d’agression de l’armée turque, dans le nord-ouest de la Syrie, a provoqué l’exode massif de plus de 200 000 kurdes qu’Ankara est prêt à exterminer pour empêcher l’existence de toute entité kurde dans la région, y compris en dehors de son territoire. Dans la ville assiégée d’Afrine, il ne resterait environ que 150 000 personnes, prises en étau par les soldats turcs et leurs supplétifs syriens, au service d’Ankara et des puissances étrangères qui tentent vainement depuis sept ans de faire tomber le président syrien Bachar al-Assad, ont indiqué des source locales, citées par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). “Il y a eu toute la nuit des combats violents à la périphérie nord de la ville, les forces turques et leurs supplétifs syriens essayant de pénétrer dans la cité”, a précisé l'OSDH. “Les civils continuent de fuir la ville, la situation est terrifiante”, a ajouté le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahmane. Vendredi, au moins 16 civils sont morts dans un raid aérien turc qui a touché le principal hôpital de la ville d'Afrine, aux capacités déjà limitées, selon l'OSDH, a rapporté l’AFP. Mais des sources kurdes avancent le chiffre de 47 civils tués vendredi et des dizaines d’autres blessés. Hier encore, au moins 11 civils ont été tués dans des nouveaux raids turcs à Afrine, a rapporté le journal en ligne kurde Xeber24. Les raids ont visé une voiture civile et un tracteur, utilisés par les civils pour fuir les bombardements aériens et ceux de l’artillerie. Évidemment, l'armée turque a démenti ces informations difficile à vérifier puisque l’agresseur turc a fermé toute voie d’accès à l’information et bloqué les réseaux téléphoniques ainsi que l’internet pour empêcher toute diffusion des massacres qu’elle commet depuis le 20 février dernier, avec le silence complice de la communauté internationale, trop occupée à chercher les moyens d’évincer du pouvoir le président syrien Bachar al-Assad (tout aussi à condamner pour des crimes de guerre) et à desserrer l’étau autour des groupes terroristes dans la Ghouta orientale, considérés comme des opposants au régime de Damas. Cela a fait réagir le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, qui a accusé ouvertement certains pays d’implication directe dans le chaos provoqué en Syrie, avec la présence de leurs soldats en territoire syrien. Pour lui, des unités spéciales anglaises et françaises opèrent discrètement sur le territoire syrien aux côtés des unités spéciales américaines. “En ce qui concerne une guerre par procuration, elle a évidemment lieu dans l'intérêt de l'opposition. Parce que des unités spéciales américaines y sont présentes ‘au sol’ et que cela n'est plus nié. Des unités spéciales britanniques, françaises et autres y opèrent sans se faire de publicité. Donc, ce n'est plus tellement une guerre par procuration, c'est plutôt une implication directe dans une guerre”, a déclaré Sergueï Lavrov dans une interview accordée à la radio-télévision du Kazakhstan. “Il va sans dire que nous condamnons la présence illégitime de forces armées sur le territoire syrien, et la coalition américaine est illégitime du point de vue du droit international et de la Charte de l'ONU. Mais nous sommes réalistes, nous comprenons que nous n'allons pas leur faire la guerre”, a poursuivi le ministre russe des Affaires étrangères.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Argaz le 18/03/2018 à 20h27

C'est un autre génocide à l'endroit des Kurdes de Syrie en ce IIIe millénaire. L'objectif de la Turquie en envahissant Afrine, une région située dans le Nord Ouest de la Syrie est de s'assurer de l'extermination une bonne fois pour toute de la race kurde. L'occident ainsi les ONG fantoches se focalisent sur l'élimination physique de Bechar El Assad via la désinformation des médias à la solde qui appuient la rébellion islamiste pour faire tomber le régime en place.

Commentaires
1 réactions