Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Situation humanitaire dans la Ghouta orientale

Syrie : l’ONU veut une enquête “urgente” et “indépendante”

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté hier une résolution demandant l'ouverture d'une enquête “urgente” et “indépendante” sur la situation prévalant dans la Ghouta orientale en Syrie. Le texte, proposé par le Royaume-Uni, a été adopté par 29 voix sur les 47 États siégeant actuellement au Conseil, contre 4 non et 14 abstentions. Il demande que la Commission d'enquête internationale indépendante sur la Syrie “ouvre urgemment une enquête complète et indépendante sur les événements récents dans cette région”. La résolution réclame également l'application du cessez-le-feu de 30 jours voté le 24 février par le Conseil de sécurité de l'ONU -- mais resté sans effet -- afin de venir en aide aux quelque 400 000 habitants privés de nourriture et d'aide médicale dans cette enclave rebelle située aux portes de Damas. Le président syrien Bachar el-Assad a déclaré dimanche que les forces gouvernementales poursuivront leur offensive contre les terroristes dans la Ghouta orientale. Dans une déclaration à l'issue de sa rencontre avec le ministre adjoint iranien pour les Affaires politiques, Hussein Jaberi Ansari, il a abordé “la campagne médiatique et politique menée contre la Syrie pour animer le terrorisme”. Il a affirmé, dans ce contexte, que l'État syrien continuera à lutter contre le terrorisme et que l'opération de la Ghouta s'inscrit dans ce cadre, précisant que l'État syrien avait commencé la lutte contre le terrorisme partout en Syrie. “La plupart des civils y habitant veulent se rendre dans les zones tenues par le gouvernement”, a-t-il ajouté, en estimant que l'opération militaire contre “les terroristes” et l'établissement d'un cessez-le-feu dans cette zone pour permettre aux civils de partir n'étaient pas contradictoires. Concernant l'état humanitaire et l'acheminement des aides, M. al-Assad a déclaré que “l'état humanitaire dont parle l'Occident à tous les niveaux est un mensonge ridicule et personne ne le croit”. Il a tenu ces propos alors qu'une pause humanitaire soutenue par la Russie est observée dans la Ghouta orientale chaque jour pendant cinq heures depuis la semaine dernière afin de permettre aux civils de partir. Mais aucun d'entre eux n'a pu quitter la Ghouta et aucun convoi humanitaire n'a pu y entrer. Le gouvernement accuse les rebelles d'empêcher les habitants de partir.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER