Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / International

L’attaque a visé l’état-major et l’ambassade de France à Ouagadougou

Terrorisme : une trentaine de morts au Burkina Faso

Les sièges de l’ambassade de France et de l’Institut français ont aussi été touchés. ©D. R.

L’attaque d’hier contre l’état-major, le siège de l’ambassade de France et l’Institut français en plein cœur de la capitale démontre la capacité de nuisance des groupes terroristes agissant dans le Sahel.

La capitale burkinabè, Ouagadougou, a été hier le théâtre d’une violente attaque terroriste qui a fait une trentaine de morts et qui a duré quelques heures, devant les bâtiments de l’état-major, en partie touché par des explosions et les échanges de tirs, dont les impacts de balles étaient visibles sur les photos prises par des témoins et circulant sur les réseaux sociaux.
Les sièges de l’ambassade de France et de l’Institut français qui se trouvaient à côté du siège de l’état-major burkinabé ont aussi été touchés par cette nouvelle attaque à “relent terroriste très fort”, a déclaré le ministre de l'Information Rémis Fulgance Dandjinou à la télévision d'État RTB, a rapporté l’AFP. “Quatre (4) assaillants au moins ont été abattus par les Forces de défense et de sécurité au cours de l'attaque qui a visé plusieurs positions stratégiques dans la capitale burkinabè. Un (1) assaillant qui tentait de fuir du côté du grand marché d’Ouagadougou est encerclé présentement par les unités en action”, lit-on sur le compte facebook de la Police nationale du Burkina Faso. Selon la presse locale, les terroristes ont utilisé un véhicule piégé, ce qui a provoqué des dégâts sur une partie du siège de l’état-major. Des photos prises par des civils montraient une grande fumée noire, due à une forte explosion. “Selon des témoins, cinq hommes armés sont sortis d'une voiture et ont ouvert le feu sur des passants avant de se diriger vers l'ambassade de France”, lit-on sur le quotidien en ligne Sidwaya. Selon une source à l'intérieur de l'ambassade de France, cinq hommes armés auraient essayé d’entrer dans l'ambassade sans y parvenir. Ils ont alors tiré sur l'ambassade avant d'entrer à l'état-major des Forces armées burkinabè. Il s’agissait d’une “attaque terroriste visant l’état-major et l’ambassade de France”, a confirmé le ministre de la Défense Jean-Claude Bouda. À Paris, le Quai d’Orsay a affirmé avoir ordonné l’ouverture d’une enquête sur ce qui s’est passé à Ougadougou. “Une enquête de flagrance a été ouverte pour tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle”, a précisé le parquet, compétent car l'attaque a visé des ressortissants et des intérêts français. La capitale du Burkina Faso a été ces dernières années à plusieurs reprises la cible d'attaques terroristes visant des cibles fréquentées par les Occidentaux. Le 13 août 2017, deux assaillants avaient ouvert le feu sur un café-restaurant halal, le Aziz Istanbul, situé sur la principale avenue de la capitale, faisant 19 morts et 21 blessés. L'attaque n'a pas été revendiquée. Le 15 janvier 2016, trente personnes, dont six Canadiens et cinq Européens, avaient été tuées lors d'un raid terroriste contre l'hôtel le Splendid et le restaurant Cappuccino dans le centre d’Ouagadougou. L’attaque avait été revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui l'attribue au groupe terroriste Al-Mourabitoune. Dans le nord frontalier avec le Mali, les terroristes ont fait, depuis le premier trimestre 2015, 133 morts en 80 attaques, selon un bilan officiel.

Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER