Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Effrayé par l'enquête russe

Trump a tenté de limoger son procureur

© D. R.

Craignant la fin de sa présidence, Donald Trump a essayé de torpiller l'enquête russe, en voulant notamment limoger le procureur spécial Robert Mueller, dont les conclusions très attendues avaient mis, jeudi, Washington en ébullition. Les révélations du rapport de plus de 400 pages, fruit de 22 mois d'une enquête hors norme sur l'ingérence de Moscou dans la présidentielle de 2016, ont provoqué des réactions contrastées. 

Exultant, le président Trump s'est dit totalement blanchi. “Comme je l'ai toujours dit: il n'y a pas de collusion, pas d'entrave à la justice”, a tweeté le milliardaire républicain, avant d'affirmer plus tard, dans un autre tweet, que l'ingérence russe n'avait “pas changé” l'issue du scrutin présidentiel. L'opposition démocrate a, au contraire, relevé dans le document des preuves alarmantes d'actes immoraux commis par Donald Trump, et promis d'user de tous ses pouvoirs --et notamment de son contrôle de la Chambre des représentants-- pour en savoir plus. Dans son volumineux rapport, le procureur Mueller confirme l'existence de nombreux liens entre la Russie et des membres de la campagne du candidat républicain, mais estime ne pas avoir de preuves d'une quelconque collusion. Sur le second volet de l'enquête, les soupçons d'entrave à la justice pesant sur Donald Trump, M. Mueller se montre moins définitif. Dans son rapport, il détaille une série de pressions troublantes exercées par le maître de la Maison-Blanche, à commencer par le limogeage, en mai 2017, de l'ancien chef du FBI James Comey, alors en charge de l'enquête russe. Suite au tollé provoqué par cette révocation, Robert Mueller, qui a, lui aussi, dirigé la police fédérale américaine, avait été nommé procureur spécial. Son rapport révèle que M. Trump s'est dit “foutu” en apprenant sa nomination. “Oh mon Dieu. C'est terrible. C'est la fin de ma présidence”, aurait confié l'ex-magnat de l'immobilier. Afin de s'en sortir, M. Trump a alors ordonné le limogeage de Robert Mueller, mais les juristes de la Maison-Blanche s'y sont opposés, révèle encore le procureur spécial. “J'aurais pu virer tout le monde, même Mueller”, s'est défendu le Président dans la soirée. “J'avais le pouvoir de mettre fin à cette chasse aux sorcières”, a-t-il ajouté, tout en assurant “avoir choisi de ne pas le faire”. “À partir de cet épisode, Donald Trump s'est attaqué en public à l'enquête, a tenté de la contrôler, et a mené des efforts en public et en privé pour encourager les témoins à ne pas coopérer”, écrit encore le procureur spécial, sans se prononcer sur les suites à donner.


R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER