Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Ramifications de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi

Trump : “Riyad est une protection pour Israël”

Le prince héritier Mohammed ben Salmane et Donald Trump, président des États-Unis. ©D. R.

Commentant les informations selon lesquelles la CIA aurait conclu que Mohammed Ben Salmane avait ordonné l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le président US a reconnu avoir en l’Arabie saoudite un puissant allié qui sert à protéger Israël.

Dans un appel téléphonique, jeudi, avec des membres de l’armée américaine de son domicile en Floride, Donald Trump a donné l’une des véritables raisons de la protection que les États-Unis assurent à l’Arabie Saoudite dans l’affaire de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul, le 2 octobre dernier. Selon des médias américains et israéliens, il a estimé qu’“Israël ferait face à de grandes difficultés régionales au Moyen-Orient sans la présence stabilisatrice de l’Arabie Saoudite”. “Si vous regardez Israël, le pays aurait de gros problèmes sans l'Arabie Saoudite”, a déclaré le président américain, qui a ajouté : “Alors, qu’est-ce que ça veut dire, Israël va partir ? Vous voulez qu’Israël parte ? Nous avons un très puissant allié en Arabie Saoudite.” Poursuivant dans le même ordre d’idées, le locataire de la Maison-Blanche a expliqué : “Le fait est que l’Arabie Saoudite est extrêmement utile au Moyen-Orient. Si nous n’avions pas l’Arabie Saoudite, nous n’aurions pas une base importante, nous n’aurions probablement aucune raison...” Il apparaît clairement que Trump s’attelle à protéger son meilleur allié, Israël, en utilisant un autre allié, en l’occurrence l’Arabie Saoudite. “Les États-Unis ont l’intention de rester un partenaire indéfectible de l’Arabie Saoudite afin de défendre les intérêts de notre pays, Israël et de tous les autres partenaires de la région”, a-t-il affirmé à des médias US, assurant au passage qu’il n’imposerait pas de sanctions plus sévères au prince héritier pour le décès et le démembrement du journaliste Khashoggi. Rappelons que le président américain est visé par des critiques du Congrès et de hauts responsables d’autres pays, l’accusant d'ignorer les droits de l’homme et de fermer les yeux sur l’Arabie Saoudite pour diverses raisons. La dernière en date émanait hier d’Ankara, qui a estimé, par la voix du chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu, que les déclarations de Donald Trump à propos du meurtre de Jamal Khashoggi indiquent que le président américain a l’intention de fermer les yeux sur cette affaire. “D’une certaine façon, Trump dit ‘je fermerai les yeux’ sur le meurtre du journaliste saoudien”, a déclaré ministre turc, lors d’un entretien sur la chaîne privée CNN-Türk.
“Il n’y a pas que l’argent qui compte”, a affirmé Mevlüt Cavusoglu en faisant référence à l’argumentaire de Trump, lequel a évoqué notamment l’achat d’armes américaines ou encore la stabilité des prix du pétrole pour justifier son soutien continu à Riyad. “Pour nous aussi, l’Arabie Saoudite est un pays important”, a-t-il également souligné, avant d’ajouter : “Mais là, il y a eu un atroce meurtre prémédité.” Insistant sur la volonté turque de faire la lumière sur cette affaire, le ministre a ajouté qu’une rencontre entre Recep Tayyip Erdogan et le prince héritier pourrait avoir lieu en marge du sommet du G20 prévu en fin de semaine prochaine en Argentine.

Merzak Tigrine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER