Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Accord nucléaire iranien

Un sommet international en Chine au mois de juin

Le président iranien Hassan Rohani participera à un sommet international en juin en Chine en présence de ses homologues chinois et russe, a indiqué, hier Pékin, en plein marathon diplomatique pour sauver l'accord sur le nucléaire, menacé par le récent retrait américain. Le président Rohani rencontrera son homologue chinois Xi Jinping en marge du sommet des chefs d'État de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), organisé les 9 et 10 juin à Qingdao (Est), a annoncé le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi. Le président russe Vladimir Poutine sera également présent lors du sommet, a précisé M. Wang. L'OCS est une organisation intergouvernementale régionale qui réunit 8 pays, notamment, d'ex-Républiques soviétiques d'Asie centrale, la Russie, la Chine et l'Inde. L'Iran y a le statut d'État observateur. M. Wang n'a pas précisé si l'accord sur le nucléaire iranien figurerait à l'ordre du jour du sommet, en sachant toutefois, que la Chine, premier partenaire commercial de l'Iran et un des principaux acheteurs de pétrole brut iranien, a signalé sa volonté de continuer à travailler avec Téhéran malgré le retrait américain. Les entreprises chinoises pourraient renforcer leurs activités en Iran suite au retrait programmé des firmes américaines et celui, probable, des sociétés européennes menacées de sanctions par Washington. Le texte, conclu en 2015 avec Téhéran, est destiné pour rappel, à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien. Il a permis une levée progressive des sanctions économiques contre l'Iran. La Chine, la Russie et l'Union européenne (UE), toutes signataires de l'accord sur le nucléaire iranien, également connu sous le nom de Plan d'action global conjoint (JCPOA), souhaitent que l'Iran reste dans l'accord et tentent actuellement de le maintenir à flot, après le retrait américain décidé par le président Donald Trump le 8 mai, rétablissant aussi des sanctions contre la République islamique. Téhéran a cependant indiqué attendre des mesures concrètes de la part des Européens pour décider si l'accord peut être sauvé. Tout en menaçant, dans le cas contraire, de relancer son programme d'enrichissement d'uranium.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER