Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Les Houthis attaquent des installations pétrolières saoudiennes

Un tournant majeur dans la guerre au Yémen

© D. R.

Pour les Houthis, cette attaque est “une réponse aux crimes” et au “blocus” imposé par l'Arabie saoudite au Yémen, a déclaré un haut responsable rebelle yéménite.

Les Houthis ont mis hier à exécution leurs menaces de s’attaquer au cœur de l’économie saoudienne, en frappant avec des drones armés deux importantes installations pétrolières, près de Riyad, provoquant l’arrêt immédiat d’un important oléoduc. L’attaque a été revendiquée par les Houthis, qui affirment qu’il s’agit d’une “réponse aux crimes” de guerre du royaume wahhabite, premier exportateur d’or noir dans le monde. “Notre peuple n'a d'autre choix que de se défendre de toutes ses forces”, a ajouté sur Twitter Mohammed Abdelsalam, porte-parole des rebelles houthis, a rapporté l’AFP. 
Selon l’agence de presse yéménite Saba, sous contrôle Houthi à Sanaâ, au moins “sept drones armés ont mené de grandes opérations militaires qui ont visé des infrastructures vitales saoudiennes”, soulignant que cette opération vient en réponse à la guerre d’agression saoudienne que mène Riyad au Yémen depuis mars 2015, sous le couvert d’une coalition arabe pour “restaurer l’ordre institutionnel et constitutionnel”. Tôt mardi, deux stations de pompage ont été visées par des “drones armés”, ce qui a provoqué un “incendie” et des “dégâts mineurs” à une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé, a précisé le ministre de l'Énergie, Khalid al-Falih, cité par l’agence de presse officielle SPA. “Le porte-parole de la présidence de la sécurité de l’État a indiqué qu'entre 6h et 6h30 mardi matin, le 14 mai 2019, deux stations de pompage appartenant à Aramco dans la province de Dawadmi et d'Afif dans la région de Riyad ont été l'objet d'un ciblage limité”, a souligné la SPA. Pour sa part, la compagnie pétrolière saoudienne Aramco a annoncé, quelques heures plus tard, avoir “interrompu temporairement les opérations sur l'oléoduc” reliant les stations de pompage ciblées par les drones houthis à un terminal commercial au bord de la mer Rouge.

L’attaque d’hier vient au lendemain d’une présumée opération de sabotage contre plusieurs navires pétroliers au large des Émirats arabes unis, dont deux appartiennent à l’Arabie saoudite. Mais aucune revendication n’a été enregistrée jusqu’à hier, alors qu’Abou Dhabi et Riyad insinuent que l’Iran ne serait pas étranger à cet incident qui a fait monter la tension dans la région du Golfe. Accusé de soutien aux Houthis (chiites), Téhéran se défend d’avoir une quelconque responsabilité dans ce qui s’est passé lundi. Aussi, l’attaque d’hier intervient à la veille du quatrième anniversaire du début de la guerre d’agression saoudienne au Yémen. Un conflit qui a fait plus de 10 000 morts, selon l’ONU, mais le bilan serait d’environ 60 000 victimes, majoritairement des civils, dont une grande partie a péri dans les raids de la coalition arabe, sous commandement saoudien et avec le soutien des États-Unis et leurs alliés européens. Selon l'ONU, qui parle de la pire crise humanitaire au monde, environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance dans ce pays, le plus pauvre de la péninsule arabique. À noter que les Houthis ont envoyé plusieurs salves de missiles en direction de l’Arabie saoudite, mais ils ont été détruits dans les airs par la défense anti-aérienne saoudienne.
 

Lyès Menacer

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER