Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Libye

Une centaine de migrants s’évadent d’un camp de trafiquants

Plus d'une centaine de migrants se sont enfuis cette semaine d'un camp où ils étaient détenus et torturés par des trafiquants, dans la ville de Bani Walid, dans l'ouest de la Libye, selon des sources locales et des organisations internationales. Les migrants originaires d'Érythrée, d’Éthiopie et de Somalie ont fui le camp mercredi soir pour se réfugier dans une mosquée de la ville où ils ont été pris en charge par la population et une association locale. Une vingtaine de migrants ont été hospitalisés notamment pour des blessures dues à des actes de torture, selon l'hôpital de la ville. Se basant sur le témoignage de rescapés, l'ONG Médecins sans frontières (MSF) a fait état d'une quinzaine de migrants tués et de 25 blessés dans leur fuite. Des sources locales ainsi que d'autres organisations humanitaires n'ont toutefois pas été en mesure de confirmer ce bilan. Les survivants, en majorité des adolescents, ont raconté aux équipes médicales de MSF venues à leur secours avoir été les prisonniers de trafiquants, certains depuis plus de trois ans. Selon MSF, sur 25 blessés admis à l'hôpital de Bani Walid, sept étaient grièvement blessés par balles, et nombre d'entre eux portaient des traces de mauvais traitements ou de blessures anciennes mal cicatrisées, a affirmé l'ONG. La ville de Bani Walid est un lieu de transit pour les migrants clandestins en route vers les côtes, plus au nord. Située à 170 km au sud-est de la capitale Tripoli, Bani Walid compte une vingtaine de centres illégaux de détention ou de regroupement de migrants, selon un responsable local. Ces centres sont tenus par des milices qui enlèvent les migrants dans les villes et les torturent avant de téléphoner à leurs familles sommées de payer des rançons, selon des sources locales et des ONG. Ce trafic est devenu un commerce lucratif pour plusieurs milices qui ont mis en place un réseau bien organisé avec des ramifications dans des pays africains pour le transfert des fonds.   

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER