Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Le président italien entame les consultations avec la classe politique

Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini

© D. R.

La classe politique italienne a entamé, hier, les consultations devant mener à la formation d’un nouveau gouvernement de coalition. Après la démission, mardi, du chef du gouvernement Giuseppe Conte, le président, Sergio Mattarella, recevra plusieurs chefs de parti dans son palais du Quirinal, pour tenter de dénouer la crise aiguë à laquelle son pays fait face depuis que le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, à la tête de la Ligue (parti d’extrême droite) a appelé à des élections anticipées. M. Salvini, rappelle-t-on, a plongé l'Italie dans la crise le 8 août en faisant éclater unilatéralement une coalition formée 14 mois plus tôt avec le mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème), qu'il a accusé de s'opposer systématiquement à ses projets économiques, et en réclamant des élections immédiates. Le président italien recevra ensuite, sur deux jours, les présidents du Sénat et de la Chambre des députés, puis tous les groupes parlementaires, en terminant, jeudi, par le plus important numériquement, celui du M5S, fort de sa victoire aux législatives de 2018 avec plus de 32% des voix. Le président Mattarella dispose d'une série d'options, y compris en dernier ressort, si aucune majorité n'émerge, celle d'un scrutin anticipé, réclamé par M. Salvini. Mais le président italien est notoirement réticent à cette idée, car il serait organisé à l'automne, au moment où la troisième économie de la zone euro, lourdement endettée et à l'arrêt, devra présenter à la Commission européenne son projet de budget pour 2020. M. Mattarella écoutera les propositions des uns et des autres, puis prendra une décision. Le Parti démocrate (PD, centre-gauche) a fait savoir, par la bouche de son ex-Premier ministre Matteo Renzi, qu'il comptait approfondir son idée d'une alliance avec le M5S, pour former un gouvernement “institutionnel”, qui pourrait être mené de nouveau par M. Conte. De l'avis des spécialistes, le Premier ministre est sorti grandi de la crise. Mardi, le chef du M5S, Luigi di Maio, l'a qualifié de “serviteur de la Nation dont l'Italie ne peut se passer”. D'aucuns l'imaginent aussi commissaire européen, voire-même président en 2022 pour succéder à M. Mattarella. 
 

K. B./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER