Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Future Constitution syrienne

Une seconde réunion à Genève en septembre

L'émissaire de l'ONU sur la Syrie a invité des représentants de plusieurs pays occidentaux et du Proche-Orient à une réunion à Genève le 14 septembre consacrée à la future Constitution syrienne, a annoncé hier l'ONU.
Staffan de Mistura a déjà convoqué une réunion les 11 et 12 septembre au Palais des nations, le siège genevois de l'ONU, avec des représentants de la Russie et de l'Iran, qui appuient le régime de Damas, et de la Turquie, soutien  de l'opposition syrienne, afin de former un comité constitutionnel chargé de rédiger ce document. La porte-parole de l'ONU, Alessandra Vellucci, a annoncé hier devant les journalistes que l'émissaire avait invité pour le 14 septembre de “hauts représentants” de l'Égypte, de la France, de l'Allemagne, de la Jordanie, de l'Arabie Saoudite, du Royaume-Uni et des États-Unis.
Cette rencontre, a-t-elle ajouté, sera centrée sur “la voie à suivre pour le processus politique” dans la crise syrienne, “y compris les efforts des Nations unies pour faciliter l'établissement d'un comité constitutionnel”. M. De Mistura a dit qu'il voulait que ce comité, qui sera composé de représentants du gouvernement de Damas et de l'opposition syrienne, soit en place avant la réunion annuelle des dirigeants mondiaux à l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU fin septembre à New York. La création d'un comité constitutionnel avait été décidée au cours d'un sommet sur la Syrie organisé en janvier à Sotchi, dans le sud-ouest de la Russie. Pour l'émissaire de l'ONU, ce comité est “un élément clé” en vue d'un règlement du conflit syrien qui a fait plus de 350 000 morts depuis mars 2011. De nombreuses initiatives ont été prises pour mettre un terme à la guerre, mais elles ont toutes échoué jusqu'à présent. Depuis 2016, Staffan de Mistura a mené pour sa part neuf cycles de négociations indirectes entre régime et groupes de l'opposition à Genève et Vienne, sans jamais parvenir à des résultats.

R. I./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER