Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Accusée de crime de guerre au Yémen

Vers l’inscription de Riyad sur une liste noire de l’ONU

La coalition dite arabe au Yémen, sous commandement de l’Arabie Saoudite, serait sur le point d’être placée sur la liste noire de l’Onu, a indiqué hier l’agence de presse Reuters, qui affirme avoir consulté la copie d’un rapport confidentiel accusant Riyad et ses alliés d’avoir tué et mutilé des enfants. Même si le document affirme que Riyad a pris des mesures pour éviter de toucher avec ses raids les civils, cela n’a pas empêché la coalition de multiplier les erreurs dans ce pays, en guerre depuis mars 2013. “Au Yémen, les actes de la coalition ont conduit objectivement à son inclusion sur la liste en raison du meurtre et des mutilations d'enfants, avec 683 cas de blessures recensés”, a souligné ledit rapport qui devrait être validé par le secrétaire général des Nations unies et examiné par le Conseil de sécurité le 31 octobre prochain, selon les mêmes sources. Les rédacteurs du texte, consulté par Reuters, expliquent leur décision par la multiplication du nombre de cibles civiles qui payent le prix de cette guerre d’agression saoudienne, avec la complicité de la communauté internationale qui n’a commencé à réagir que depuis quelque temps, malgré les alertes données par les ONG indépendantes et autres organismes humanitaires onusiens. La coalition a été incluse à cette liste “en raison de sa responsabilité dans 38 incidents et attaques confirmés, sur les écoles et les hôpitaux en 2016”, ajoute ce rapport, soulignant toutefois que “la coalition est incluse dans la section B de l'Annexe I. Parce qu'elle a pris des mesures au cours de la période considérée afin d'améliorer la protection des enfants”. Mais vu l’influence de l’Arabie Saoudite au sein de l’Onu, grâce à ses alliés occidentaux, à leur tête les États-Unis, le document en question risque d’être modifié et son nom pourrait donc être enlevé de la nouvelle liste noire qui sera publiée. Par ailleurs, ni le représentant diplomatique de l’Arabie Saoudite auprès de l’Onu à New York, Abdullah al-Maalami, ni le porte-parole de l’Onu, Stéphane Dujarric, n’ont voulu s’exprimer sur ce sujet, à préciser encore Reuters

L. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER