Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Suite au limogeage de Rex Tillerson, secrétaire d’État US

Vers un durcissement de la politique étrangère de Donald Trump ?

L’ex-secrétaire d'État américain, Rex Tillerson. © DR

Il faut s’attendre à de nouvelles annonces des États-Unis sur les dossiers internationaux chauds, à l’instar de ceux de la paix au Proche-Orient, le nucléaire iranien et la Corée du Nord, avec l’arrivée d’un nouveau chef de la diplomatie américaine.

Après une cohabitation d’un peu plus d’un, Donald Trump a fini par se défaire de son secrétaire d’État Rex Tillerson en admettant publiquement qu’ils divergeaient sur de nombreux dossiers internationaux, à commencer par celui du nucléaire iranien. Ainsi, ce qui était attendu, à savoir le départ du chef de la diplomatie US, suite aux nombreuses et répétitives rumeurs sur ce sujet, est devenu réalité mardi par un simple tweet du locataire de la Maison- Blanche. Cette option s’est précisée particulièrement après qu’il ait publiquement rabroué son secrétaire d’État pour avoir évoqué l’existence de canaux de communication visant à sonder les intentions de la Corée du Nord. “Il perd son temps à négocier”, “Conserve ton énergie Rex, nous ferons ce que nous devons faire” avait-il écrit sur Twitter. Donald Trump a confirmé mardi les raisons de ce limogeage en évoquant des “désaccords” de fond, en particulier sur le dossier nucléaire iranien. “Quand vous regardez l’accord sur le nucléaire iranien: je pensais qu’il était horrible, il pensait qu'il était passable”, a-t-il affirmé. Clair, net et précis, il faut probablement s’attendre à des annonces choc sur ce dossier en particulier, d’autant plus qu’Israël maintient une pression constante sur le président américain depuis sa prise de fonction à la Maison-Blanche pour qu’il se retire de l’accord sur le nucléaire iranien. Et au vu des décisions de Donald Trump sur le processus de paix au Proche-Orient, notamment la reconnaissance d’al-Qods comme capitale de l’État hébreu et le gel du financement de l’UNRWA, suite aussi aux pressions du lobby pro-israélien dirigé aux États-Unis par son ami Sheldon Adelson, le magnat des Casino de Las Vegas, il est n’est pas exclu que la balance américaine penche davantage du côté d’Israël. Le dossier du nucléaire coréen, qui a connu un développement inattendu avec l’annonce d’un sommet entre Donald Trump et Kim Jong-Un, pourrait connaître d’autres rebondissements, d’autant plus que le Japon ne compte pas rester les bras croisés. En effet, Tokyo tente selon les médias japonais d’organiser de son côté un sommet de son Premier ministre Shinzo Abe avec le leader nord-coréen afin de ne pas être exclu de possibles discussions sur l’arsenal nucléaire du régime reclus voisin de l’archipel nippon. Par ailleurs, il y a lieu de souligner que le président US n’a pas directement prévenu le chef de la diplomatie de sa décision et ne l’a appelé que plusieurs heures après son tweet, depuis l’avion présidentiel Air Force One. Cela a été confirmé par Steve Goldstein, haut responsable de la diplomatie américaine, qui a déclaré que “le secrétaire d'État ignore les raisons” (de son limogeage). Quelques minutes plus tard, il était limogé à son tour, la Maison-Blanche n’ayant pas apprécié son intervention. “J'ai hâte de me reposer”, a déclaré à l’AFP le sous-secrétaire d’État. Il faut savoir que le limogeage de Rex Tillerson en a surpris plus d’un, à commencer par Aaron David Miller, ancien diplomate spécialiste du Proche-Orient, qui n’a pas caché sa stupeur en apprenant la nouvelle. “Ayant travaillé avec une demi-douzaine de secrétaires d’Etat, je pensais avoir presque tout vu en termes d’intrigues bureaucratiques et de soap opera politique”, a-t-il écrit dans une tribune publiée sur le site de CNN, se disant perplexe face à ce limogeage “sans précédent” et “humiliant”.      

                                                                  
Merzak Tigrine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER