Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Renouvellement du mandat de la MINURSO

Washington met la pression sur Rabat

À l’approche de l’expiration de la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qui avait fixé à la fin du mois d’avril dernier pour six mois seulement le mandat de la mission onusienne (Minurso), les États-Unis, qui président l’organe exécutif des Nations unies ont haussé le ton en direction des deux parties dans le conflit du Sahara occidental.
Cette mise en garde s’adresse beaucoup plus au Maroc, qui refuse jusque-là de prendre les négociations avec le Front Polisario, lequel ne cesse de réaffirmer sa volonté de coopérer avec l’ONU et de sa disponibilité à reprendre les négociations avec Rabat. Selon le département d’État US, Rodney Hunter, le coordinateur politique de la mission des États-Unis à l’ONU, a averti le Conseil de sécurité que les États-Unis ne pourront en aucun cas continuer à appuyer financièrement des opérations de paix des Nations unies en place depuis des décennies sans qu’elles n’aient réalisé de progrès sur le terrain, et des avancées dans le processus de négociations ne soient enregistrées. Il a dénoncé “le fait qu’en théorie, ces missions soutiennent des solutions politiques. Mais en réalité, elles perpétuent un statu quo”. Rappelons que le Conseil de sécurité, qui a traité le 8 septembre dernier le dossier du Sahara Occidental, se réunira à nouveau le 28 du même mois dans le cadre d’une autre session, qui sera consacrée à ce conflit. Ce sera  l’occasion pour Colin Stewart, le chef de la mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso),  de présenter son rapport devant les quinze membres du Conseil. Les États-Unis ne manqueront pas d’exiger une nouvelle fois qu’une date butoir soit fixée pour la réalisation des objectifs de la Minurso dans ce conflit. Dans son rapport en 2016, le SG de l’ONU de l’époque, Ban Ki-moon,  avait  conclu : “Je continue à regretter que le processus politique entamé en avril 2007 n’ait toujours pas ouvert la voie à de véritables négociations”.

Merzak T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER