Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Plus de 20 morts dans le bombardement d’une cérémonie de mariage

Yémen : nouvelle bavure de la coalition arabe

©D. R.

Encore une fois, c’est une cérémonie de mariage au Yémen, qui a été touchée par les bombes de l’aviation de la coalition arabe, sous commandement saoudien.

La coalition arabe, qui intervient au Yémen depuis 2015 en soutien aux forces progouvernementales, est de nouveau pointée du doigt comme responsable de la mort de plus de 20 personnes, suite au bombardement d’une cérémonie de mariage dans la localité de Bani Qais, située dans la province de Hajja, proche de la ligne de front. Des secouristes ont indiqué, hier, que plus de 20 personnes ont été tuées, et 40 autres ont été blessées dans ces raids aériens alors qu’un responsable local, qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat, a donné un bilan de 23 morts, dont des femmes et des enfants, et de 36 blessés dans deux raids. D’autres sources font état de plus de 30 morts. Les rebelles houthis, qui contrôlent la région, ont attribué les frappes à la coalition militaire sous commandement saoudien qui intervient depuis 2015 au Yémen pour soutenir les forces progouvernementales. Quarante blessés ont été admis dans un hôpital de la capitale provinciale, a indiqué sur Twitter le responsable de Médecins sans frontières, qui soutient cet établissement. Sollicité par l’AFP, le porte-parole de la coalition menée par l'Arabie Saoudite n’a pas réagi immédiatement à ces informations. Al-Massirah, chaîne de télévision contrôlée par les rebelles, a donné un premier bilan de 20 morts et 40 blessés, puis un autre de 33 morts et 55 blessés. La chaîne, citant le directeur de l’hôpital de Hajja, a affirmé que 30 enfants figurent parmi les blessés et que trois d'entre eux ont subi des opérations d'amputation de membres.  De son côté, l’agence Saba, contrôlée également par les Houthis, a avancé un bilan de 88 morts ou blessés, dont des femmes et des enfants, en dénonçant un nouveau crime saoudien. Ce n’est pas la première fois que des fêtes de mariage au Yémen sont touchées par des bombardements imputés à la coalition. 131 personnes avaient ainsi été tuées dans la région de Mokha dans le sud-ouest en septembre 2015, alors que 28 autres personnes ont été tuées dans la province de Dhamar dans le Centre en octobre 2015. En octobre 2016, un raid aérien avait fait 140 morts lors d’une cérémonie funéraire dans la capitale Sanaa. Par ailleurs, 5 soldats yéménites ont été tués et 19 autres blessés, hier à Taëz, dans le sud-ouest du Yémen, lors d’une opération antiterroriste, selon une source médicale. L'opération, qui donne lieu à de violents combats, a été lancée hier dans le quartier de Jahmaliah, un secteur de Taëz contrôlé par des soldats progouvernementaux, a indiqué un officier de police local, qui n’a pas été en mesure de fournir un bilan des affrontements en cours. Selon cet officier, cité par des agences, le gouverneur de Taëz Amin Mahmoud a formé, dimanche, une force spéciale -composée d’unités de la police et de l'armée- qu'il a chargée de lancer une opération contre des terroristes qu'il soupçonne d'avoir assassiné par balles, samedi à Taëz, un employé libanais du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Merzak T./Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 25/04/2018 à 14h22

L'armée marocaine tue au Yémen aux côtés des saoudiens pour de l'argent et des avantages. Après, le Roi du Maroc se dit descendant du prophète alors que le Coran interdit formellement les assassinats, les meurtres ou les tueries de masse. Après ces crimes, quel est l'intérêt de se rendre à la Mecque ?

Commentaires
1 réactions