Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Ali

Ce prénom masculin tient une place importante dans la nomenclature des prénoms en Algérie. On le donne comme prénom, mais il figure aussi dans les contes.
Ainsi, dans les contes kabyles, chaouis et autres, c’est l’un des principaux personnages.  S’il ce nom est particulièrement prisé, c’est parce qu’il a été celui d’un proche parent du Prophète, son cousin Ali Ibn Abi Taleb qu’il avait élevé pour venir en aide à son père, accablé par une famille nombreuse. Le nom, d’origine arabe, il provient de ‘alîy ‘‘haut, élevé, élevé en dignité, honorable, de bonne moralité’’, du verbe ‘alâ ‚‘‘être haut, être élevé en dignité, s’élever’’. Un Ali algérien célèbre est Ali Sellali, connu sous le nom de Alalou, l’un des promoteur du théâtre algérien.
Né en 1902, à la Casbah, il dut travailler, très jeune, pour subvenir aux besoins de sa famille. Il n’a que quinze ans quand il s’introduisit dans le domaine du théâtre, en animant de petits spectacles, des sketchs et des chants fantaisistes. Les troupes égyptiennes, qui se produisirent à Alger, dans les années 1920 le subjuguèrent et l’incitèrent à écrire des pièces et à les monter.  C’est ainsi qu’en dépit des difficultés rencontrées, il parvint à monter un théâtre populaire. Plus tard, il rencontra Bachtarzi qui devint son collaborateur.
Les pièces de Allalou remportèrent un grand succès : les thèmes étaient puisés dans la vie quotidienne et la langue, l’arabe dialectal algérien, était à la portée de tous.
Il ouvrait la voie au théâtre populaire algérien. Allalou a rédigé un ouvrage où il raconte sa vie et son expérience du théâtre, il écrit également qu’il veut corriger certaines erreurs. Ainsi :‘‘Au lendemain de l'indépendance de l'Algérie, une chose m'a frappé : il semblait qu'aucun Théâtre algérien n'avait jamais existé auparavant.
On l'ignorait ou on feignait de l'ignorer ’’. Bachtarzi, le fondateur du théâtre algérien, lui rend cet hommage dans ses mémoires : ‘‘la jeunesse de Allalou, avec ses élans et ses enthousiasmes, c'est au théâtre qu'il l'a consacrée, et que celui-ci ne l'oubliera pas, ou alors il serait
bien ingrat”.

M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER