Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Autres / Interprétation des rêves

L’origine des prénoms employés en Algérie

Layachi, Layacha

Ce prénom masculin est d’origine arabe. Il fait partie de la même série que Ayache, Yaïch et les prénoms féminins Aïcha et Layacha. Tous ces prénoms dérivent du verbe ‘âcha “vivre” et sont des noms prophylactiques, destinés à assurer la vie à celui et à celle qui les portent.
Yaïch est le moins courant de ces prénoms, mais il est encore utilisé : c’est une forme optative, ya’ïch “qu’il vive”, le nom a également fourni le nom d’une tribu berbère, les Ouled Yaïch, devenu un toponyme (Blida). Ayache, dont Layachi est une variante, signifie “il vit” ; quant à son féminin Layacha, il désigne aussi une boucle d’oreille sous forme de main. On la faisait porter aux enfants pour les protéger du mauvais œil et les mettre à l’abri de la maladie. Aujourd’hui encore, on voit des enfants, voire même des hommes porter cette boucle d’oreille.
Le prénom Aïcha est connu pour avoir été porté par l’une des épouses du Prophète (QSSSL), c’est aussi, dans la tradition maghrébine, le nom de plusieurs héroïnes de contes. Dans les contes kabyles par exemple, c’est l’une des filles de Teryel, l’ogresse. Elle est réputée pour son idiotie, et Mqidech ou Belajout se moquent d’elle, et finissent par l’égorger et la servir à leur mère !
Parmi les Layachi connus de l’histoire du Maghreb, il y a Al ‘Ayachi, érudit et mystique marocain (1628-1679), originaire de la tribu berbère des Ayt ‘Iyyach du Moyen Atlas.
Il fit ses études dans plusieurs villes du Maroc avant d’obtenir l’autorisation d’enseigner ses doctrines.
 Il accomplit deux pèlerinages à La Mecque, en 1640 et en 1653. C’est ce dernier qui lui fournit le sujet de son œuvre principale, Mâ’ al-Mawâɛîd, relation de voyage, rihla, décrivant son itinéraire. C’est en tout cas un récit intéressant de la situation du Maghreb et du Moyen-Orient de l’époque. L’auteur a traversé le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, avant d’arriver en Égypte, puis en Arabie. On y trouve aussi une liste des personnages célèbres, notamment, les mystiques que l’auteur avait rencontrés.
Al ‘Ayachi est également l’auteur d’autres ouvrages, de grammaire, de mysticisme et de droit musulman..

M. A. Haddadou
mahaddadou@hotmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER