Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Actualités

L’Algérie profonde

Le rôle de la presse mis en exergue

“Une information objective et rassurante est nécessaire entre le public et les structures de santé sur la question délicate du don d’organe.”

L’auditorium du centre hospitalier universitaire Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou a accueilli, samedi, la 14e journée de néphrologie consacrée au don d’organes et à la transplantation rénale. Lors de cette rencontre, qui a regroupé d’éminents professeurs en néphrologie, des médecins spécialistes de tous bords, ainsi que des associations d’insuffisants rénaux, il a été aussi question du rôle des médias dans la sensibilisation au don d’organe, dont la communication a été assurée par notre collègue Mohamed Haouchine. Pr Abbès Ziri a présenté un bilan des transplantations rénales dans la wilaya de Tizi Ouzou, qui a atteint le nombre appréciable de 85 greffes réalisées depuis 2006, tout en espérant réaliser encore quelque 40 greffes rénales durant l’année en cours. L’orateur a rappelé par ailleurs que “le nombre d’insuffisants rénaux au stade terminal a atteint 2000 cas dans la wilaya de Tizi Ouzou, enregistrant annuellement 150 nouveaux cas. Tizi Ouzou compte actuellement 800 malades, dont 160 hémodialysés inscrits au CHU Nedir-Mohamed qui dispose depuis longtemps de deux centres d’hémodialyse et de 28 générateurs”, tout en annonçant au passage “l’acquisition prochaine, dans le cadre du renouvellement du parc des générateurs du CHU, de 15 nouveaux générateurs et l’ouverture d’un service spécialisé dans la transplantation de la moelle épinière”. De son côté, notre collègue Mohamed Haouchine a évoqué “le rôle des médias dans la sensibilisation au don d’organe”, saluant à l’occasion cette “innovation du CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou qui a fait appel à la corporation journalistique pour participer à un débat portant sur la sensibilisation du grand public à un sujet sensible et d’actualité qui est le don d’organe”. L’orateur dira effectivement que “l’article de presse a une portée capitale dans notre environnement immédiat concernant la question du don d’organe en général et de la transplantation rénale en particulier, car il touche un large public”, expliquant à l’occasion que la presse généraliste doit être “un partenaire et un complice, dans la mesure où il s’agit de transmettre des messages importants et convaincants pour encourager le don d’organe”. Selon lui, “un article de presse a un double enjeu pédagogique et social. Sur le plan pédagogique, il doit informer le grand public et tirer la sonnette d’alarme sur le manque de greffons. Sur le plan social, il a le rôle d’influer sur le grand public pour le sensibiliser au don d’organe qui est un sujet de société de plus en plus vital”. Enfin, de son côté, le professeur français, M. Hiesse, qui a déjà exercé en Algérie, a brossé un grand tableau sur les greffes opérées en France et a estimé que “l’Algérie se situe en tête des pays du Maghreb du point de vue du nombre de transplantations réalisées, mais elle reste toutefois très en retard par rapport à certains pays émergents comme l’Egypte, la Turquie, l’Arabie Saoudite, l’Inde, le Pakistan...”. “Et pour parer, dit-il, à ces points de blocage, qui ne sont nullement d’ordre religieux ou culturel, il faut mettre les moyens nécessaires et assurer, par presse interposée, une information objective et rassurante entre le public et les structures de santé sur la question délicate du don d’organe.”

K. T