Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Magazine

L’actrice est la douzième femme à assumer cette responsabilité

Cate Blanchett, la féministe aux mille visages à la tête du jury à Cannes

© D.R.

À l'écran ou sur les planches, cette blonde diaphane est capable de tout jouer en se métamorphosant d'un rôle à l'autre. Elle a été tour à tour la reine Elisabeth I (Elizabeth et Elizabeth : l'âge d'or), Bob Dylan (I'm not there), Katharine Hepburn (Aviator), ou encore la reine des Elfes, Galadriel, dans Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson.

Avec Cate Blanchett comme présidente de jury, le Festival de Cannes mise pour sa première édition post-Weinstein sur une actrice exigeante et polymorphe, mais aussi une féministe engagée, figure de la lutte contre le harcèlement sexuel. “Activiste”, “engagée”, “absolument” féministe : c'est ainsi que la comédienne de 48 ans, deux fois oscarisée pour Aviator et Blue Jasmine, se définit elle-même dans une interview cette semaine dans le magazine Variety. “Je pense que nous nous penchons courageusement sur les problèmes liés à notre industrie”, dit Cate Blanchett, qui n'a pas apprécié de voir une seule femme, la réalisatrice néo-zélandaise Jane Campion, sur une photo d'anciens lauréats de la Palme d'or prise lors du 70e anniversaire du Festival l'an dernier. En janvier, Cate Blanchett a fait partie, avec Natalie Portman ou Meryl Streep, du collectif de célébrités à Hollywood qui a lancé la fondation Time's Up pour aider les victimes de harcèlement sexuel. Un combat né des nombreuses accusations d'agressions et de viols contre le producteur américain Harvey Weinstein. Douzième femme à se voir confier la présidence du jury cannois, quatre ans après Jane Campion, celle qui voit ce rôle comme une “énorme responsabilité” aime aussi prendre des risques dans son métier.
À l'écran ou sur les planches, cette blonde diaphane est capable de tout jouer en se métamorphosant d'un rôle à l'autre. Elle a été tour à tour la reine Elisabeth I (Elizabeth et Elizabeth : l'âge d'or), Bob Dylan (I'm not there), Katharine Hepburn (Aviator), ou encore la reine des Elfes, Galadriel, dans Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson.

“Importunée”
Née et élevée à Melbourne, dans le sud-est de l'Australie, Cate Blanchett a 10 ans à la mort de son père, un chef d'entreprise américain qui succombe à une crise cardiaque. Les Blanchett, confiera-t-elle, mangent alors de la vache enragée.
Le salut passera par le théâtre. Diplômée de l'Institut national d'arts dramatiques en 1992, elle obtient rapidement des succès publics et critiques au sein de la Sydney Theatre Company, avant de se lancer dans le cinéma.
En 1999, elle obtient un Golden Globe et un Bafta britannique pour le film historique Elizabeth de Shekhar Kapur, son premier grand rôle d'envergure internationale. Elle est à l'affiche la même année du Talentueux Mr Ripley d'Anthony Minghella.
Devenue célèbre, elle joue ensuite dans la trilogie à succès du Seigneur des anneaux, son plus gros succès au box-office, avant de remporter en 2005 l'oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Aviator de Martin Scorsese.
À l'affiche de Babel d'Alejandro Gonzalez Inarritu avec Brad Pitt en 2006, elle s'illustre l'année suivante avec son rôle de Bob Dylan dans I'm not there de Todd Haynes, un réalisateur qu'elle retrouvera en 2015 pour Carol, romance lesbienne élégante en compétition à Cannes.
Elle se fait plus rare au cinéma à la fin des années 2000 pour se consacrer au théâtre avec son mari et père de ses quatre enfants, Andrew Upton. Elle devient de 2009 à 2013 la directrice artistique de la Sydney Theatre Company.
Son rôle de bourgeoise déchue glissant vers la folie dans Blue Jasmine de Woody Allen marque son grand retour dans les salles obscures, et lui vaut l'oscar de la meilleure actrice en 2014. “À l'époque où j'ai travaillé avec (Woody Allen), je ne savais rien de ce qu'il se passait”, confie l'actrice à Variety au sujet des accusations d'abus sexuel de la fille adoptive du réalisateur Dylan Farrow qui ont refait surface. Cate Blanchett affirme, elle aussi, avoir été “importunée” par des hommes, notamment Harvey Weinstein. Interrogée par Variety pour savoir si le producteur américain s'est comporté de manière inappropriée avec elle, elle répond “oui”. “J'ai eu un mauvais pressentiment avec lui...”
Cate Blanchett sera à l'affiche cette année de Ocean's Eight de Gary Ross et de Where'd you go Bernadette de Richard Linklater


Sophie LAUBIE (AFP)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER